-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le repos éternel du héros de la Patrie

Le repos éternel du héros de la Patrie

Remettre l’Algérie sur les rails, telle était l’ambition et la dernière mission du pilier de l’Armée nationale populaire, le général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah, chef d’état-major de l’ANP, avant de rendre son dernier souffle ce lundi vers 6 heures du matin. Un repos éternel mérité pour le héros du pays.

Une mort inattendue, surtout qu’elle intervient quelques jours seulement après l’installation du nouveau président de la République, Abdelmadjid Tebboune. Désormais, l’histoire retiendra que le défunt s’est sacrifié sa vie durant pour sa patrie.

Né le 13 janvier 1940 à Aïn Yagout dans la wilaya de Batna, le chef d’état-major, le général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah, a rendu son dernier souffle suite à une crise cardiaque survenue ce 23 décembre 2019 à 6 heures du matin.

Il s’est éteint hier à l’âge de 79 ans, après avoir assumé d’immenses responsabilités durant toute sa carrière, et qui ont fait de l’Algérie d’aujourd’hui un pays souverain et sécurisé.

Ce très brillant officier supérieur de l’Armée nationale populaire a combattu le colonialisme. A l’indépendance il a entamé une longue et riche carrière militaire, où il a pulvérisé le record du plus ancien général dans le monde.

Il a fait des forces militaires une véritable armée majeure très respectée, disciplinée et forte, dotée d’une capacité technologique très adaptée aux guerres modernes.

Depuis 2004, année de sa désignation au poste de chef d’état-major des Armées en remplacement de Mohamed Lamari, Gaïd Salah a toujours assisté à la mutation de l’ANP, tout en gardant un œil sur le pouvoir politique où, quelques fois, il jouait le rôle d’arbitre.

Il a su comment éloigner l’armée du pouvoir politique, ce qui a permis une évolution et un développement rapide de l’Armée nationale populaire. Cette dernière a réalisé en quinze ans un bond déterminant dans sa modernisation, avec l’acquisition d’armements de guerre très sophistiqués sous le commandement d’Ahmed Gaïd Salah.

Sa disparition subite plonge le pays dans la consternation. Celui que tout le monde désignait comme le héros de la lutte contre la corruption est parti sans doute avec la satisfaction du devoir accompli.

Il nous a quittés mais sa mort restera gravée à tout jamais dans la mémoire des Algériens, des petits comme des grands.

Il a occupé depuis 2004 la fonction de chef d’état-major au sein de l’Armée nationale populaire (ANP), puis depuis 2013 celle de vice-ministre de la Défense nationale.

En février 2019, à la suite des mouvements populaires revendiquant le départ du régime de Bouteflika, le garant de la Constitution a été le véritable architecte de l’anéantissement de la mafia politico-financière qui a dilapidé les revenus du pays. Il a poussé à la démission le président Abdelaziz Bouteflika avant de mener une lutte sans merci contre des hommes corrompus très influents du régime, notamment les deux anciens Premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal. Il a remis l’Algérie sur les rails, avec l’élection du huitième président de la République, Abdelmadjid Tebboune, lors du scrutin du 12 décembre 2019. Paix à son âme.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email