Le recensement général de l’agriculture débutera le 19 mai – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Le recensement général de l’agriculture débutera le 19 mai

Le recensement général de l’agriculture débutera le 19 mai

Annoncé d’abord pour la fin du semestre en cours, le recensement général de l’agriculture (RGA) débutera le 19 mai et se poursuivra jusqu’au 17 juillet 2024. Toutes les dispositions ont été prises pour la réussite de cette opération, qui nécessite l’implication de l’ensemble des acteurs du secteur agricole.

Tout est fin prêt pour lancer le 3e recensement général de l’agriculture, qui n’a pas été effectué depuis plus de 20 ans. La date de son lancement a été fixée lors des travaux de la 5e réunion de la commission nationale du recensement général de l’agriculture, présidés par le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, laquelle a été consacrée aux derniers préparatifs avant le lancement effectif de cette opération.

Le modèle du questionnaire final de cette opération nationale a été adopté lors de cette réunion, où l’on a aussi présenté un exposé sur l’application dédiée à la saisie des données collectées. A cette occasion, le ministre de l’Agriculture, Youcef Cherfa, a réitéré l’importance de cette opération, rappelant les instructions du président de la République relatives à « l’impératif d’accorder une grande importance au recensement général dans le secteur de l’agriculture, en ce qu’il représente un mécanisme essentiel pour connaître les capacités nationales et identifier les besoins afin de prendre les bonnes décisions sur la base de données scientifiques exactes ».

Il est donc question de mettre à jour les statistiques du secteur de l’agriculture, lequel faut-il le signaler, a connu des mutations durant cette période. C’est d’ailleurs ce qu’a affirmé Mohamed Tifouri, directeur des statistiques, de la numérisation et de la prospective au ministère de l’Agriculture, qui dit que l’opération est « essentielle à la lumière des mutations que connaît le secteur, en vue d’identifier et de mettre en œuvre les programmes de développement agricole ».

Plus de précisions sur l’opération ont été données hier par le même responsable dans sa déclaration à la radio nationale. La première étape du processus se présentera sous forme d’un questionnaire manuscrit, qui sera utilisé par les agents chargés du RGA et concernera toutes les exploitations agricoles à travers le territoire national. Ces données seront, par la suite, insérées sur une plate-forme numérique dédiée à cette opération, où elles seront soumises à un contrôle et un suivi minutieux.

Le défi de cette opération d’envergure est, selon M. Tifouri, d’unifier des concepts et la terminologie qui seront utilisés lors du recensement sur l’ensemble du territoire national. Cela se fera grâce au programme de formation au profit des agents chargés d’effectuer l’opération de recensement. Le programme de formation se penchera sur tous les aspects techniques et sur la maîtrise des données collectées par le biais des questionnaires.

Un RGA décennal préconisé

L’importance et le caractère stratégique du recensement général de l’agriculture a été souligné à l’unanimité, d’autant qu’il permettra de disposer d’une vision globale et détaillée sur le secteur de l’agriculture, en introduisant les changements intervenus dans le secteur depuis le dernier recensement réalisé en 2001, après celui de 1973, premier recensement de l’agriculture depuis l’indépendance.

« C’est une opération très importante. Le RGA permettra de faire un état de la situation de notre pays en matière d’agriculture », a indiqué l’expert agricole, Slimane Bedrani, précisant que l’opération permettra de prendre connaissance de nos sources productives. « Nous saurons combien de terres sont réellement cultivées, celles irriguées, le type de production qu’on fait sur les différents sols, le nombre des équipements agricoles… », a précisé cet expert agricole qui a précisé que toutes ces informations sont indispensables pour concevoir des politiques agricoles cohérentes et adaptées à la situation.

Tout en se félicitant de l’organisation du RGA, il a néanmoins signalé un retard dans sa programmation. « On aurait dû le lancer il y a quelques années. On ne l’a pas fait depuis plus de 20 ans ! », a expliqué M. Bedrani, lequel préconise un recensement de l’agriculture une fois tous les dix ans. « En général, les recensements se font tous les dix ans. Au bout de cette période, les réalités changent », a-t-il noté, soulignant l’importance de mettre à jour les statistiques de ce secteur stratégique de l’économie nationale.

Pour ce qui est de la durée consacrée au RGA, il a fait savoir que si tous les moyens humains et techniques sont réunis, cette opération sera réussie. Il a cependant souligné l’importance d’opter pour des techniques de recensement fiables mais surtout disposer d’une meilleure formation pour les enquêteurs et les superviseurs, lesquels doivent être très motivés pour mener à bien leur mission.

Une réserve est toutefois exprimée par cet expert agricole concernant la période choisie pour l’opération de recensement. « C’est la pleine période pour beaucoup de récoltes. Les agriculteurs seront très occupés », selon M. Bedrani, qui a estimé que la fin de l’été constituerait la meilleure période.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email