Le RCD menacé de dissolution par les autorités – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le RCD menacé de dissolution par les autorités

Le RCD menacé de dissolution par les autorités

Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) a annoncé avoir été sommé de cesser d’abriter des réunions regroupant des partis et organisations non-agrées par les autorités.
« Un huissier de justice s’est présenté au siège national du RCD avec un courrier nous enjoignant encore une fois de cesser de faire de la politique », a écrit le parti d’opposition, vendredi, sur sa page Facebook, en publiant une copie du courrier de l’huissier de justice.

Dans ce courrier du ministère de l’intérieur, il est reproché au RCD de « continuer à utiliser son siège, sans autorisation administrative, pour organiser des réunions de personnes et d’organisations non agréées et non déclarées, comme cela a été le cas de la réunion du 24 décembre 2021 ».

Le même document met en garde le RCD pour « cesser ces pratiques », avec une menace d’appliquer l’article 66 de la loi de 2021 sur les partis qui stipule que « la violation par le parti politique des dispositions de la présente loi organique entraîne la suspension temporaire de ses activités prononcée par le Conseil d’État. La suspension temporaire entraîne la cessation de ses activités et la fermeture de ses locaux ».

Réagissant à cette injonction, la Ligue algérienne des droits de l’Homme (LADDH) a dénoncé ce qu’elle a qualifié d’une «atteinte manifeste aux libertés publiques et démocratiques », en rappelant que la liberté de réunion, d’organisation et de manifestations pacifiques est « consacrés par la Constitution et sur simple déclaration ».

Le RCD devrait tenir son 6e congrès ordinaire durant le premier semestre de l’année 2022, « au plus tard le mois de juin », avait annoncé en septembre dernier le président du parti, Mohcine Belabbas.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email