-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le RCD en proie à une crise sourde

Le RCD en proie à une crise sourde

Le RCD fait face ce lundi à une énième fronde interne que d’aucuns attribuent à l’ex-président Said Sadi. C’est le chargé de communication du parti, le député Athmane Mazzouz, via un long document mis en ligne il y a quelques jours, qui donne l’information : « Vous pouvez deviner facilement ses rédacteurs qui visent à déstabiliser le RCD en ces temps de révolution pour le compte du pouvoir de fait », écrit Athmane Mazouz sur sa page Facebook. Intitulé « Où va le RCD », ce document signé par des membres du Conseil national et des élus du RCD s’insurge contre le président du parti Mohcen Belabbes, auquel il est reproché une gestion unilatérale en total mépris des instances suprêmes du parti : « L’atmosphère qui règne dans le parti est étouffante » estiment les rédacteurs du document qui expliquent « cet étouffement par l’usage de la délation et autres pratiques sournoises dans les nominations ou la mise à l’écart des cadres politiques ».

Les signataires du document reprochent au président actuel du parti « ses passages sur la Chaîne Al Magharibia, sa signature d’un document où figurait l’activiste islamiste Mourad Dhina, ses positions défavorables concernant la désobéissance civile, ses proposition de sortie de crise, le fait de ne plus faire référence à la laïcité, l’oubli d’inviter Saïd Sadi à une conférence des démocrates au siège du parti ». Les initiateurs de ce mouvement de dissidence, qui se disent s’appeler le courant de « Fidélité et Transparence », avancent la thèse qu’il « ne reste que deux options » pour éviter des tensions dangereuses au sein du parti : faire prévaloir la raison ou organiser un congrès extraordinaire pour statuer sur les principes, le fonctionnement, la stratégie et le sigle du parti.

Cette dissidence, qui couve depuis plusieurs semaines, vient d’éclater au grand jour à la faveur du dernier remaniement du secrétariat national. Les contestataires demandent l’organisation d’un congrès extraordinaire : « Ceux qui ont signé et qui continuent à signer dans les différentes wilayas la lettre publiée par Mohcein Belabbes et Atmane Mazouz sont les enfants purs du RCD », a soutenu le député de Tizi-Ouzou Yassine Aïssiouane dans un quotidien national. Et d’accuser la direction d’avoir « donné des instructions à des structures remaniées avec des transfuges des partis du pouvoir pour dévoyer le vrai débat en s’attaquant vulgairement à des cadres et militants sincères ». Ce député a accusé ouvertement la direction actuelle du parti d’avoir livré le fondateur du parti au chef d’état-major dans un communiqué du RCD : « On accuse les cadres insoumis d’être ses agents. Le vrai débat portera sur des faits et les faits sont têtus.

Celui qui a signé au nom du RCD avec Dhina, le chef terroriste, n’a rien à faire avec nous. C’est une trahison des vivants et des martyrs du RCD. Il tombera. Nous avons tout notre temps pour cela », a-t-il ajouté dans une déclaration publiée sur sa page Facebook. Le Dr Salah Belmekki, candidat à la présidence du parti lors du dernier congrès, a appelé à transformer « une crise d’ego surdimensionné par une solution politique et démocratique », en allant « vers un congrès extraordinaire en adoptant de nouveaux statuts dans la sérénité, en donnant aux militants la possibilité de débattre démocratiquement. « C’est à ce défi que nous devons nous mesurer pour préparer le parti à la deuxième République », a-t-il dit.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email