-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le ramadhan et l’Aïd passés dans d’excellentes conditions

Le ramadhan et l’Aïd passés dans d’excellentes conditions

Les citoyens de la wilaya de Tizi Ouzou ont vécu un ramadhan et un Aïd dans d’excellentes conditions. Concernant l’Aïd, il y a lieu de retenir qu’au premier jour, les commerçants concernés par l’observation de la permanence ont majoritairement respecté la consigne.

Des boucheries, des commerces de fruits et légumes, des commerces d’alimentation générale, des cafés, des buralistes et autres ont effectivement procédé au lever du rideau. En cette première journée, aucun produit de première nécessité n’aurait pu être introuvable pour le consommateur. 

La seule entreprise qui a failli à ses obligations, et ce n’est pas la première fois, c’est la laiterie de Draâ Ben Khedda. Le lait a connu une sévère pénurie, même durant le ramadhan.

Au cours de l’Aïd, ce fut l’absence totale de ce produit, pourtant indispensable. Toutefois, cette entreprise (laiterie de DBK), bradée par des fonctionnaires véreux à des affairistes non moins véreux, risque de payer chèrement ce manquement flagrant à ses obligations.

En effet, les contrôleurs de la direction du commerce de la wilaya, lors de leur inspection effectuée dimanche pour savoir si les consignes de leurs services avaient été respectées par les commerçants concernés par l’observation de la permanence, ont promis d’infliger une sanction à cette laiterie pour ne pas avoir distribué le lait aux commerçants. Reste seulement à savoir si l’administration jouit d’un pouvoir réel pour appliquer les lois de la République.

Concernant le ramadhan, les Tizi-Ouziens ont été gâtés. Tout d’abord, les produits alimentaires n’ont pas connu d’augmentation de prix, contrairement aux années précédentes. Sur le plan des loisirs, autant dire que les soirées ont été sublimes. Sublimes dans la mesures où familles aisées, celles de moyenne aisance ou même encore celles aux bas revenus ont toutes pu profiter de soirées.

En effet, pour les familles qui n’ont pu se permettre d’acheter le ticket d’accès à la maison de la Culture Mouloud-Mammeri au prix de 500 DA la place, pour assister au gala, la direction de la jeunesse et des sports, en collaboration avec la direction de la culture de la wilaya, est venue à la rescousse des familles modestes et non moins amoureuses de la tendre musique. Ainsi, dans l’espace de plein air du Centre des loisirs scientifiques et culturels (CLSC), presque chaque soir un gala gratuit était organisé.

Il convient de préciser que bien souvent, les soirées étaient animées par de grandes figures de la chanson. Mohamed Chelmoun, l’auteur de Agma aouyi â ouahmimi en est le parfait exemple. Pour ce qui enfin de la sécurité, les services de police et de gendarmerie se sont superbement acquittés de leur mission.

A la ville comme à la campagne, la circulation a été libre et sécurisée. Le seul incident enregistré est survenu au cours de la journée du 22 juin au quartier Blibek, situé entre le centre-ville et la Nouvelle-Ville, où un jeune voyou a arraché à une jeune fille ses boucles d’oreilles.

La victime a eu les lobes déchirés. Le petit malfrat a agi ainsi car à ce moment de la journée, vu la chaleur très élevée, les rues sont presque désertes. Il n’en demeure pas moins que le malfrat a pu être identifié et arrêté par les services de police de la 5e sûreté urbaine, territorialement compétents.

D’ailleurs, ce sont les policiers de cette sûreté urbaine qui ont porté secours à la jeune fille. Hormis cette agression, le reste de la période ramadhanesque a été, rappelons-le, sans la moindre inquiétude pour les citoyens.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email