-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le projet soldé par la création de 250 entreprises

Le projet soldé par la création de 250 entreprises

Le projet « Bab El Amel « , initié par l’Association nationale d’échange entre jeunes (ANEJ), vient de prendre fin après 18 mois d’accompagnement de jeunes entrepreneurs.

Un programme qui s’est soldé par la réalisation de 250 projets dans quatre wilayas pilotes du pays. C’est ce qui été annoncé hier lors de la cérémonie de clôture de ce projet, organisée au palais des Expositions d’Alger (SAFEX). Plusieurs jeunes entrepreneurs venus des wilayas de Bechar, Khenchela, Oran et Annaba, qui ont bénéficiés de ce projet cofinancé par l’Union européenne et le gouvernement algérien, ont tenu à apporter leurs témoignages.

A l’instar d’une entreprise spécialisée dans la fabrication de produits alimentaires à base de dattes (farine, café), qui a réussi à créer 17 postes de travail.

Projetant encore une extension de son activité, et surtout espèrant conquérir le marché national, voire international. Boubid Fatma-Zohra, un autre exemple de réussite dans le cadre de ce projet, dit « avoir réussi grâce à l’aide précieuse des accompagnateurs du projet Bab El Amel ».

« Je suis spécialisée dans la couture ; j’ai commencé à travailler chez moi, et depuis que j’ai pris attache avec l’association, tout a changé pour moi maintenant j’ai ma propre entreprise dotée de machines industrielles, chose qui me permet de gagner beaucoup de temps. »

Elle a déclaré : « Je suis aussi satisfaite du fait que j’ai réussi à créer des richesses pour d’autres, en faisant travailler d’autres personnes avec moi. »

Tous ces jeunes acteurs de l’économie nationale ont tenu à exprimer leurs remerciements à l’ANEJ, qui leurs apporte soutien et accompagnement surtout pour ce qui est des démarche administratives.

« Le projet Bab El Amel apporte son soutien à ces jeunes entrepreneurs dans toutes les étapes, en commençant par la phase de création du projet, son adéquation avec le marché jusqu’à sa concrétisation finale », nous fait savoir un des accompagnateurs présents à cette cérémonie de clôture.

Et ajoutant : « Les accompagnateurs de ce projet assurent un accompagnement personnalisé en mettant à la disposition de ces jeunes notre capital d’expérience et de savoir-faire, et aussi les informations fiables qui leur seront utiles dans la création de leurs propre entreprise. » Il convient de souligner que la plupart de ces projet sont financés par l’ANGEM. 

Sahel Ali, président de l’association ANEJ, nous explique cet état de faits : « C’est plus facile avec l’ANGEM, qui assure plus de flexibilité et de souplesse « , mais aussi « ce dispositif arrange les femmes en finançant des activités, même domestiques « .

Il estime que c’est très important que la femme contribue au développement économique du pays. Aujourd’hui, la participation féminine commence à prendre de l’ampleur avec pas mois de 34% dans l’entrepreneuriat.

A cette occasion, le premier responsable de cette association espère pérenniser ce projet, chose qu’il estime « dépendre des pouvoirs publics, et j’ai déjà lancé un appel aux institutions concernées sur le sujet du financement de ce genre de projets ».
Un projet interafricain est au programme à l’horizon 2018, a annoncé Sahel.

Un continent avec beaucoup de potentialités qui doivent être exploitées pour, entre autres, lutter contre les fléaux qui y prolifèrent.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email