Le projet du centre de traitement de la maladie d’éléphantiasis retardé suite à des actes de vandalisme – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Le projet du centre de traitement de la maladie d’éléphantiasis retardé suite à des actes de vandalisme

Le projet du centre de traitement de la maladie d’éléphantiasis retardé suite à des actes de vandalisme

Les travaux de réalisation d’un centre de traitement des malades atteints d’éléphantiasis dans le sous-sol d’un bâtiment au quartier périphérique Cheracheria à Médéa sont quasiment à l’arrêt à la suite de nombreux actes de vandalisme ayant visé les canalisations des réseaux divers du projet.

C’est le président de l’Association Echifaa d’assistance aux malades de la colonne vertébrale et de la rééducation fonctionnelle de Médéa, M. Moussaoui Khelil, qui a rapporté l’information sur sa page facebook, ce vendredi, faisant un état des lieux concernant le projet de centre de traitement de l’éléphantiasis.

Le président a tenté par cette publication d’alerter l’opinion publique et les autorités locales sur les raisons qui ont été à l’origine de l’arrêt du chantier depuis la date du 19 septembre 2022, pénalisant le traitement des malades atteint de cette maladie et qui attendent leur prise en charge.

Dénonçant le comportement indigne d’un locataire de l’immeuble qui a été reconnu responsable de la dégradation des canalisations, notamment le sabotage des réseaux d’assainissement du Centre, le président de l’Association Echifaa fait état de tracasseries orchestrées par cette même personne contre la réalisation du projet.

«N’est-ce pas une honte qu’un tel projet d’un grand intérêt pour les malades souffrant d’une pathologie handicapante (éléphantiasis) fasse l’objet d’une opposition injustifiée de la part de personnes malintentionnées jusqu’à inciter l’Association Echifaa à porter le problème à la connaissance du public ? », a écrit le président de ladite association sur sa page facebook.

Pour ce dernier, il s’agit d’un projet qui prendra en charge les algériens atteints de ladite pathologie et que pour ce faire, il est réalisé grâce aux contributions des généreux donateurs et que par conséquent il n’est pas la propriété de l’Association Echifaa mais de tous les citoyens du pays.

Il a rappelé que « le projet a trouvé écho au sein de notre communauté à l’étranger qui a mis ses moyens au profit des malades algériens pour que le projet puisse voir le jour, étant le 1er centre de traitement de l’éléphantiasis qui sera réalisé en Algérie par la société civile, à l’image de ce qui se fait sous d’autres cieux ».

Etant le maître de l’ouvrage, l’Association Echifaa a, dès le début des démarches pour la réalisation du projet, été la cible de menaces d’un locataire, à l’origine d’une « fitna » et instigateur de l’opposition des autres locataires du bâtiment abritant le futur Centre de traitement de la maladie d’éléphantiasis dont les locaux ont été acquis auprès de l’Agence foncière locale.

Après avoir satisfait à toutes les exigences techniques du projet et les procédures d’études et de suivi, répondu aux réserves de la Protection civile relatives à la réalisation d’une issue de secours, du contrôle par l’organisme CTC, l’Association a entamé les travaux dont la réalisation d’une issue de secours donnant sur l’entrée et le parking du bâtiment.

Déplorant le blocage du projet des suites d’un imbroglio inattendu, le président de l’Association Echifaa regrette cette situation qui a induit d’importantes sommes pour les travaux d’aménagement et indique que trois affaires sont soumises à la justice par les avocats de l’Association qui œuvre pour le seul intérêt de ses malades.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email