-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le projet de loi de finances 2017 adopté

Le projet de loi  de finances 2017 adopté

Les membres de l’Assemblée populaire nationale (APN) ont adopté hier, sans surprise et à la majorité, le projet de loi de finances 2017 lors d’une séance plénière, présidée par Mohamed Larbi Ould Khelifa, président de l’institution parlementaire. 271 députés ont assisté à la séance de vote, selon M. Ould Khelifa.

Les députés du FJD et du FFS ont boycotté la séance de vote alors que ceux de l’Alliance de l’Algérie verte ont quitté l’hémicycle avant l’adoption du texte. Les députés du PT ont voté contre le projet de loi.

A l’issue du vote, le ministre des Finances, Hadji Baba Ammi, a appelé à continuer à œuvrer à l’amélioration de la productivité de l’économie nationale dans le cadre d’une vision prospective à long terme.

« Il importe de réunir les conditions favorisant une économie répondant aux exigences de la prochaine étape du modèle national de croissance à partir de 2020 », a soutenu le ministre. 

Ainsi, la démonstration de force des élus de l’opposition n’a pas suffi pour faire reculer le gouvernement conforté par la majorité parlementaire, constituée du FLN et du RND. Il convient de noter, dans ce contexte, que les députés de l’Alliance verte, le FFS, le PT et le parti El Adala ont improvisé un sit-in à l’intérieur de la chambre basse.

Ils ont brandi des pancartes dénonçant « l’appauvrissement du peuple » à travers « l’augmentation des taxes ». L’Alliance verte a, de son côté, accusé le gouvernement « de fuir ses responsabilités » en recourant aux solutions faciles. Réuni, son groupe parlementaire s’est prononcé contre « toutes les augmentations et taxes contenues dans ce projet ».

Pour Hassan Laribi, député d’El Adala, « les députés de la majorité ont dû regarder vers la préservation d’une partie de la prime de départ qui n’a pas été supprimée au vu de la conjoncture économique difficile ». « Ils ont accepté d’étouffer le peuple en échange d’une prime de 120 millions de centimes ».

Les députés de l’AV se sont retirés de la séance de vote après que la commission ait rejeté les amendements qu’ils ont proposés, y compris l’introduction d’un nouvel article suggérant la réduction à hauteur de 20% de l’indemnité mensuelle des députés.

Prime de fin de mandat : Les députés en toucheront la moitié

Après les délibérations de la commission des finances et du budget, le bureau de l’Assemblée populaire nationale (APN) a validé la proposition de réduction de 50% de la prime de fin de mandat.

Les députés de la septième législature, dont le mandat expire en mai prochain, toucheront une prime de 1,2 million de dinars au lieu de 2,4 millions.

La réduction de moitié de cette prime intervient après une forte polémique. A l’APN, les députés de l’opposition ont carrément appelé à la suppression de cette prime pour les députés mais aussi celle des primes du même genre que touchent tous les hauts cadres de l’Etat.

Le FLN a déjà annoncé la couleur dans un communiqué du bureau politique en demandant à ses députés de voter à main levée ce projet de loi de finances dans « l’intérêt suprême du pays ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email