Le procès de Tayeb Louh renvoyé au 4 mai prochain – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Le procès de Tayeb Louh renvoyé au 4 mai prochain

Le procès de Tayeb Louh renvoyé au 4 mai prochain

Le procès de l’ex- ministre et garde des sceaux Tayeb Louh au temps de l’ancien système que présidait le Président de la République Abdelaziz Bouteflika qui devait se dérouler ce mercredi au tribunal criminel d’Alger a été renvoyé au 4 mai prochain.

Le président du tribunal criminel d’Alger de la 2e instance judiciaire en l’occurrence Ayad Abdelaziz à reporter l’affaire en appel suite à l’absence entre autres de l’un des principaux accusés dans ce dossier à savoir Kouninef Tarek.

Pour rappel, l’ancien ministre a été reconnu coupable des chefs d’inculpation retenus contre lui tout au long de l’instruction judiciaire menée par le conseiller rapporteur de la Cour Suprême notamment trafic d’influence, abus d’autorité et ingérence dans le travail des juges et fut condamné à 6 ans de prison ferme.

Au cours de son passage à la barre, l’ancien ministre incarcéré a dressé un dur réquisitoire contre son succéder en l’occurrence Belkacem Zeghmati en déclarant au président du tribunal criminel d’Alger que : « Ce dernier est derrière tous les maux ayant bouleversé le secteur de la justice »

Le ministre incarcéré a estimé que : « Belkacem Zeghmati devait être à mes côtés au box des accusés pour répondre des graves accusations portées à son encontre ».

A propos de l’ex-ministre Zeghmati, Louh a affirmé : « Lorsque j’étais à la tête du secteur, Belkacem Zeghmati est venu me dire qu’il a commis une erreur dans le dossier de Chakib Khalil lorsqu’il occupait le poste de procureur général près la cour d’Alger et m’a dit qu’il allait corriger cette bavure en collaboration avec le juge d’instruction alors en charge de l’enquête judiciaire. Il a par la suite annulé le mandat d’arrêt international lancé contre l’ancien ministre de l’énergie et des mines .

Tayeb Louh a clamé haut et fort : « Je recevais les ordres de l’ancien Président de la République Abdelaziz Bouteflika en personne. Il intervenait au profit des frères Kouninef pour effacer toutes les traces relatives à leurs accusations. Saïd Bouteflika n’a rien à voir dans cette affaire. Ce dernier n’est jamais intervenu en faveur d’une personne. Il ne m’a jamais donné des directives pour prononcer des jugements de partialités faisant allusion ».

A propos du Président de la République décédé, le ministre incriminé a déclaré : « J’appliquais toutes les directives émanant du Président décédé. Je recevais des ordres par le biais des télécommunications téléphoniques dans lesquelles, Abdelaziz Bouteflika me sommant de régler tous les problèmes des frères Kouninef »

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email