-- -- -- / -- -- --
Nationale

Une première, le président Tebboune invité au sommet des BRICS

Une première, le président Tebboune invité au sommet des BRICS

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune sera présent au prochain sommet des BRICS et BRICS + prévu les 23 et 24 juin dans la capitale chinoise Pékin, a-t-on appris ce lundi 20 juin auprès de sources officielles chinoises .

Ce sommet annuel regroupe le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud, et qui se déroulera par visioconférence. Il intervient à un moment crucial dans les relations internationales, marquées par des tensions extrêmes et des menaces de toutes sortes dans plusieurs régions du monde, notamment en Ukraine, en Mer de Chine, en Afrique et au Moyen Orient.

Selon la correspondante du Jeune Indépendant à Pékin, citant des responsables gouvernementaux, c’est à la demande du président Xi Jinping que Tebboune a été invité à ce sommet, une sollicitation inédite pour un chef d’Etat algérien. Tebboune devrait intervenir durant ce sommet de deux jours. Il devrait prononcer son discours vendredi après-midi.

Pékin considère que l’Algérie est un Etat pivot, un partenaire important, écouté et respecté et dont la diplomatie est connue pour  son expérience dans le règlement des conflits et des contentieux internationaux.

L’Algérie est également perçue comme un exemple dans les efforts de développement économique et social et dans la protection sociale des populations. Pékin considère également comme un partenaire de poids sur le plan économique dans le continent africain et dont la croissance et les perspectives de développement montrent de signes très positifs.

Cette invitation répond à la thématique de ce sommet « pour un développement mondial équilibré et juste », d’autant que le président Tebboune n’a de cesse de développer, à maintes occasions, sa vision sur la coopération internationale, le développement dans le respect mutuel et la mise en place d’un partenariat gagnant-gagnant au bénéfice des peuples.

Tebboune a également mis en exergue, lors des sommets de l’Union africaine, ou lors de ses visites à l’étranger, la disponibilité de l’Algérie à soutenir les efforts internationaux dans le règlement des conflits militaires et des crises par la voie du dialogue et de la concertation.

Pour rappel, BRICS est un acronyme anglais pour désigner un groupe de cinq pays qui se réunissent depuis 2011 en sommets annuels : Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud. Ce groupe a invité par le passé le Mexique.

Pour les observateurs, le Brésil, l’Inde et la Chine sont considérés comme les grandes puissances émergentes actuelles, alors que la Russie est une puissance en voie de restauration. Quant à l’Afrique du Sud, il s’agit encore davantage d’une puissance régionale.

En 2015, les BRICS sont respectivement les neuvième, douzième, septième, deuxième et trente-troisième puissances mondiales (au sens du PIB nominal) et septième, sixième, troisième, deuxième et vingt-cinquième en parité de pouvoir d’achat. En dix ans, leur place dans l’économie mondiale a ainsi fortement progressé : 16 % du PIB mondial en 2001, elle atteint 27 % en 2011 et pourrait atteindre, selon certaines projections, 40 % en 2025.

Les pays développés produisent aujourd’hui moins de la moitié de la richesse mondiale à la suite de la poussée économique des grands pays émergents (dont les principaux : Brésil, Inde, Chine) mais aussi de celle d’autres pays en développement (dont l’Afrique du Sud). En 2014, les BRICS affichaient un PIB nominal cumulé de plus de 14 000 milliards de dollars, soit pratiquement autant que celui des 28 pays de l’Union européenne réunis (18 874) et proche de celui des États-Unis (17 528).

Le but de ces sommets des BRICS et BRICS+ est d’affirmer la place majeure de ces pays sur la scène internationale, et de mettre en scène leur poids économique et politique, en particulier au regard d’autres États ou groupes d’États comme les États-Unis ou l’Union européenne, qui tentent depuis des années d’imposer leurs vues et leurs dominations sur des régions entières dans le monde, à travers des alliances économiques et militaires, comme l’OTAN. Même les institutions internationales ont été instrumentalisées à des desseins et des visions qui ne répondent pas aux ambitions de la majorité de la population mondiale. D’où la volonté des dirigeants et chefs d’Etats des BRICS et BRICS + de revendiquer un monde multipolaire, juste et complètement tourné vers le progrès de l’humanité toute entière.

Enfin, il faut souligner que le BRICS est depuis sa création un groupe très fermé puisque plusieurs pays candidats a son entrée n’y ont pas été admis. C’est le cas par exemple du Mexique, de la Corée du Sud ou encore de la Turquie. Avec la présence du président Tebboune à ce sommet, la voix de l’Algérie sera encore davantage écoutée et respectée, estime-t-on dans les milieux diplomatiques.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email