-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le président du Conseil scientifique nommé doyen de la Faculté des sciences sociales

Le président du Conseil scientifique nommé doyen de la Faculté des sciences sociales

Le président du Conseil scientifique de l’université Abbas-Laghrour de Khenchela a été désigné à la tête de la Faculté des sciences humaines et sociales.

Le professeur Abdelkader Badis a ainsi remplacé la désormais ex-doyenne de la faculté, Mme Chenafi L, écartée à la suite du scandale de plagiat ayant ébranlé l’université de la ville des Aurès à la suite de la publication par la revue El Borhane éditée par le département des sciences sociales de ladite université, d’articles repris de travaux effectués par des chercheurs et étudiants arabes de Palestine et d’Arabie Saoudite, notamment.

Une source bien informée a par ailleurs révélé au Jeune Indépendant que les conclusions de l’enquête de la double commission (une commission composée d’enseignants du conseil scientifique de l’université Abbas-Laghrour et une autre composée de deux professeurs externes) ont confirmé les faits de plagiat. Suite à cela, des questionnaires ont été envoyés aux enseignants incriminés auxquels il a été demandé de répondre par écrit des faits retenus contre eux.

Au nombre de trois, les enseignants au centre de cette polémique n’auraient toujours pas donné leur version, à en croire la même source, qui précise que l’un d’eux serait actuellement en stage en Jordanie. Selon la même source, des sanctions administratives lourdes pourraient être prononcées à leur encontre.

Par ailleurs, des rumeurs de plus en plus persistantes font état du probable départ du recteur en personne, dans la mesure où, rappelle-t-on, le premier responsable de l’université n’est autre que le directeur d’honneur de la revue au centre de toute cette polémique.

Le CNES et les organisations estudiantines condamnent

Le Conseil national des enseignants du supérieur et quelques organisations estudiantines ont réitéré leur condamnation des enseignants à l’origine du plagiat et ont appelé la famille universitaire de la ville auréssienne à plus de vigilance contre l’exploitation de ce scandale par des parties interne et externe qui chercheraient à nuire à l’université de Khenchela.

Les communiqués ont été unanimes à valoriser le saut qualitatif réalisé par l’université de Khenchela. C’est pourquoi, poursuivent-ils, il est plus que jamais nécessaire pour l’ensemble de la famille universitaire (enseignants et responsables) d’agir ensemble pour surpasser « ces moments difficiles ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email