-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le président de WSRW visite les camps de réfugiés sahraouis

Le président de WSRW visite les camps de réfugiés sahraouis

Le président de l’ONG Western Sahara Ressource Watch (WSRW), Erik Hagen, a entamé hier une visite aux camps de réfugiés sahraouis afin de s’enquérir sur la situation humanitaire des Sahraouis, victimes depuis 40 ans de l’occupation marocaine, et évoquer les ressources pillées par l’occupant. C’est ce qu’a rapporté l’agence de presse sahraouie (SPS).

Au cours de son séjour, M. Hagen aura des entretiens avec Salem Lebsir, responsable de l’organisation politique du Front Polisario, Khatri Addouh, président du Parlement national, M’hamed Khaddad, coordinateur avec la Mission des Nations unies pour le référendum au Sahara occidental (MINURSO), et Mohamed El-Ouali Akeik, ministre des Territoires occupés et de la Communauté sahraouie établie à l’étranger, selon la même source.

M. Hagen va aussi organiser un atelier sur le pillage des ressources naturelles sahraouies et une conférence de presse au siège des Archives Média, a ajouté l’agence sahraouie. Le pillage des ressources naturelles du Sahara occidental a franchi une étape inquiétante au cours de ces deux dernières années, avaient mis en garde quelque 243 ONG, dont Western Sahara Ressource Watch dans une lettre transmise en avril dernier à la présidente du Conseil de sécurité des Nations unies.

Ces ONG ont condamné « le pillage des ressources naturelles au Sahara occidental, en particulier ses richesses minières par le Maroc, la puissance occupante ».

Le Maroc ne cesse de piller les richesses du Sahara occidental en violation des résolutions du Conseil de sécurité. Le gouvernement de la République arabe sahraouie démocratique ne cesse de dénoncer les manœuvres de l’occupant marocain qui se livre à une vaste entreprise de pillage des ressources naturelles du Sahara occidental, notamment dans le domaine de la pêche.

Le service juridique du Parlement européen a conclu, dans une étude récente, que l’accord de pêche conclu par le Maroc avec des entreprises européennes n’obéit à aucune règle et convention internationale.

Plusieurs gouvernements, parlements et ONG européens ont exigé, pour leur part, l’exclusion des eaux territoriales du Sahara occidental de l’accord de pêche entre l’UE et le Maroc. Les Etats-Unis ont, de leur côté, exclu les richesses du Sahara occidental de l’accord de libre-échange, conclu avec le Maroc et ce, conformément au droit international et à la doctrine des Nations unies, applicables aux territoires des pays et peuples coloniaux.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email