-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le président de l’OPEP veut une réunion extraordinaire en mars

Le président de l’OPEP veut une réunion extraordinaire en mars

La spirale baissière des cours du pétrole semble ne pas connaître de fin. La réunion extraordinaire convoquée dans pareils cas a jusque-là été écartée faute de consensus et de convergence de points de vue des producteurs, notamment le chef de file, l’Arabie saoudite.

Mais le président de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), Emmanuel Ibe Kachikwu, a déclaré, hier à Abou Dhabi, vouloir « une réunion extraordinaire de l’Organisation au début de mars prochain pour examiner la chute des prix du pétrole ».

Egalement ministre d’Etat nigérian pour les Ressources pétrolières, Ibe Kachikwu a estimé, lors d’une conférence, qu’une réunion extraordinaire de l’OPEP est nécessaire pour parler des cours de l’or noir, qui ont atteint leur plus bas niveau en 12 ans.

« Nous avions dit que si le prix atteignait 35 dollars le baril, nous commencerions à examiner la convocation d’une réunion extraordinaire », a-t-il dit. Mais M. Kachikwu a souligné qu’il fallait encore vérifier la disposition de tous les Etats membres, parmi lesquels figurent les exportateurs menés par l’Arabie saoudite, qui ont refusé jusqu’ici de réduire la production afin de conserver leurs parts du marché. 

Les cours du pétrole ont atteint hier un nouveau plus bas depuis 12 ans à cause de l’excès de l’offre, de l’appréciation du dollar et de la demande morose.

Le baril de brent, référence européenne du brut, pour livraison en février, cédait 47 cents à 31,08 dollars. Le baril de light sweet (WTI) également pour livraison en février reculait hier matin de 45 cents à 30,96 dollars dans les échanges électroniques en Asie. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email