-- -- -- / -- -- --
Monde

Le président tchétchène appelle à une manifestation contre Charlie

Le président tchétchène appelle à une manifestation contre Charlie

Une manifestation contre « les actions amorales des auteurs de l’hebdomadaire français » qui publient des caricatures du prophète Mohamed (aâlay’hi essalat ouassalam) sera organisée lundi 19 janvier en Tchétchénie, a annoncé le chef de cette république russe Ramzan Kadyrov.

« Initialement, on s’attendait à 500.000 manifestants. Mais, selon les dernières informations, leur nombre pourrait dépasser un million. Il s’agit d’habitants de la Tchétchénie et de plusieurs autres régions russes », a indiqué Ramzan Kadyrov sur son compte Instagram.

Après l’attaque perpétrée par contre la rédaction de l’hebdomadaire Charlie Hebdo, l’avocat de l’hebdomadaire a déclaré que la rédaction continuerait de publier des caricatures sur Mohamed (aâlay’hi essalam) et autres articles portant atteinte sur un millierd et demi de musulmans.

Cette décision n’a suscité aucune protestation au sein des gouvernements arabes. Au contraire, certains pays sont allés jusqu’à interdire à leurs populations de manifester contre les caricatures blasphématires de Charlie Hebdo.

Un des rares chefs d’Etats musulmans à réagir pour la défense de l’Islam, le président turc Recep Tayyip Erdogan a sévèrement critiqué vendredi le journal satirique français Charlie Hebdo, en l’accusant d’inciter à la haine et au racisme, rapportent les médias internationaux. « Cet hebdomadaire est tristement célèbre pour ses publications provocantes sur les musulmans, les chrétiens (…) Cela ne s’appelle pas la liberté, cela s’appelle semer la terreur en empiétant sur la liberté des autres.

On doit se rendre bien compte qu’il ne peut pas y avoir de liberté sans limite », a déclaré M.Erdogan lors d’une rencontre avec des hommes d’affaires à Ankara. Et d’ajouter que des provocations telles que les caricatures du prophète publiées par Charlie Hebdo devaient être punies par la loi. Le premier ministre turc Ahmet Davutoglu a déclaré pour sa part que la liberté de la presse ne signifiait pas la liberté d’insulter.

A la « une » du numéro sorti après la mystérieuse tuerie qui a décimé sa rédaction, Charlie Hebdo a encore publié un dessin blasphamatoire du prohpète. Le ministère iranien des Affaires étrangères avait qualifié de « provocation » la décision de Charlie Hebdo de publier la caricature sur la couverture de son nouveau numéro publié mercredi.

« Nous condamnons cette démarche provocatrice de l’hebdomadaire français car elle insulte des sentiments des musulmans. L’abus de liberté d’expression, tel qu’on le voit en Occident, est inadmissible », a déclaré la porte-parole de la diplomatie Marzieh Afham citée par l’agence Tasnim.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email