-- -- -- / -- -- --
Lifestyle Santé

Le prélèvement et greffe d’organes

Le prélèvement et greffe d’organes

Le ministre de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf, a estimé nécessaire à Alger, de mettre en place un modèle national de prélèvement et de greffe d’organes.

En marge du colloque international sur la coordination hospitalière en matière de prélèvement d’organes d’un mort en état encéphalique, M. Abdemalek Boudiaf a indiqué que l’Algérie s’apprêtait à réunir toutes les conditions pour le développement de cette opération qu’il qualifie de « grand chantier » auquel son département ministériel accordait un « intérêt particulier », insistant sur la nécessité de « mettre au point une approche nationale et un modèle propre à l’Algérie ».

En vue de développer les opérations de prélèvement à partir d’un mort en état encéphalique et la poursuite des dons (souvent faits par les proches du malade), il a appelé les médias à élargir les campagnes de sensibilisation de la société aux fins d’ancrer cette culture à l’instar des pays pionniers en la matière.

Concernant la qualification des établissements hospitaliers, la mise en place des équipements nécessaires et la préparation des équipes médicales en charge de cette mission, M. Boudiaf a souligné l’importance de la coordination entre l’ensemble des intervenants pour « assurer le succès » des opérations de prélèvement et de greffe en Algérie.

Il existe actuellement 15 centres hospitalo-universitaires qui effectuent des opérations de greffe d’organes issus de dons dont 9 au centre du pays, 3 à l’ouest et autant à l’est. Il est prévu de rajouter deux autres centres hospitalo-universitaires de Sidi Bellabes et Sétif.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email