Le Pr Sanhadji : la vaccination comme parade à la propagation d'Omicron – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Le Pr Sanhadji : la vaccination comme parade à la propagation d’Omicron

Le Pr Sanhadji : la vaccination comme parade à la propagation d’Omicron

Le président de l’Agence nationale de sécurité sanitaire, le Pr Sanhadji, a révélé que le mutant Omicron se propage rapidement mais que ses symptômes sont légers et moins dangereux que le mutant Delta. Il a toutefois insisté sur la vaccination pour diminuer sa propagation.

S’exprimant ce dimanche sur le plateau de la télévision algérienne, le Pr Sanhadji a estimé que l’Algérie, à l’instar des autres pays du monde, traverse une véritable épidémie qui pourrait éviter grâce à la vaccination, soulignant que le variant Delta domine actuellement, et ce avec pas moins de 99% des contaminations. L’intervenant a indiqué que les vaccins disponibles en Algérie sont fiables et efficaces contre le variant Delta, précisant qu’ils pourront également fournir une immunité à même de faire face au nouveau variant Omicron.

Concernant les caractéristiques de ce dernier, l’intervenant a affirmé que le variant Omicron a certes la capacité de se propager rapidement, mais ses symptômes sont plus légers que ceux du Delta. D’ailleurs, il a tenu à préciser qu’aucun décès n’a été enregistré jusque-là auprès des cas confirmés de ce variant. Il a souligné qu’Omicron contribuera peut-être à augmenter l’immunité collective et que ce sera un vaccin naturel pour la personne infectée.

Pour le Pr Sanhadji, les tests effectués à l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA) montrent que le mutant Omicron n’est pas présent en Algérie. Il a rappelé que les vaccins sont actuellement disponibles dans toutes les régions du pays car le gouvernement s’efforce de fournir toutes les possibilités pour que le vaccin atteigne tous les citoyens. Il a cependant regretté le fait que l’Algérie ait mis tous les moyens pour acheter et fabriquer le vaccin alors que le nombre de personnes vaccinées ne dépasse pas les onze millions depuis le début de la campagne de vaccination, entamée au début de l’année 2020. A ce sujet, il a estimé que «la vaccination est une sorte de déconfinement qui permet de circuler librement».

Il a souligné que plus de 8 milliards de personnes sont vaccinées dans le monde à ce jour. Pour rappel, identifié en Afrique du Sud, Omicron a été jugé «préoccupant» par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et a poussé de nombreux pays à fermer leurs frontières à l’Afrique australe alors qu’ils venaient parfois à peine de se rouvrir au monde. L’OMS est venue au secours des pays africains, demandant à ce que «les frontières restent ouvertes» et appelant les autres pays à «adopter une approche scientifique», basée sur «l’évaluation des risques».

Se jugeant déjà «punie» pour avoir révélé l’existence du variant, l’Afrique du Sud a demandé la levée «immédiate et urgente» des restrictions de voyage. Le Malawi, également concerné, a dénoncé des restrictions de voyage relevant de l’«afrophobie».

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email