-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le Pr Ahmed Bouda :  « L’université a besoin de sérénité »

Le Pr Ahmed Bouda :  « L’université a besoin de sérénité »

Le recteur de l’université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou, le Pr Ahmed Bouda, a levé un voile important sur la situation de l’institution qu’il dirige depuis seize mois, à l’occasion du forum de Radio de Tizi Ouzou tenu, jeudi dernier, dont il était l’invité.

 L’émission du forum, intitulée « Tizi aquine » et animée magistralement par le rédacteur en chef de l’institution radiophonique, Salem Kheloui, a effectivement permis à l’invité de s’exprimer, deux heures durant, soit de 11 h jusqu’à 13 h, sur les principaux facteurs responsables ayant terni l’image et la réputation de l’université Mouloud-Mammeri, mais aussi et surtout sur ses aspirations, autrement dit son avenir.

 A la question de savoir comment s’est effectuée la rentrée universitaire, laquelle a eu lieu le 17 septembre dernier, l’invité a assuré qu’elle s’est déroulée dans d’excellentes conditions. « Les 58 000 étudiants, dont 9 000 sont de nouveaux étudiants, ont effectué leur rentrée dans de bonnes conditions », a indiqué le Pr Ahmed Bouda, précisant que toutes les facultés ont repris leurs activités, notamment les cours de rattrapage, à l’exception de celles du génie civil et des lettres françaises. Concernant les 3 000 places pédagogiques attendues de Tamda, qui devaient être déjà réceptionnées et prêtes à l’usage, le recteur de l’université a reconnu « le léger retard » enregistré dans ce sens.

« Leur réception est prévue pour le mois de novembre ou décembre prochain », a précisé l’invité au forum de Radio de Tizi Ouzou. Abordant le volet relatif à la pédagogie, concernant lequel certains crient au « déficit », le Pr Ahmed Bouda a déclaré, sans ambages, que l’université Mouloud-Mammeri a toujours effectué le recrutement des enseignants en retard par rapport aux autres universités du pays. « Ce qui fait que ce sont celles-ci qui recrutent les meilleurs enseignants », a-t-il fait remarquer. « En revanche, a-t-il poursuivi, cette année, nous pouvons effectuer un recrutement de qualité ». Concernant justement le recrutement des enseignants, l’invité de Radio Tizi Ouzou a affirmé que le nombre de postes à pourvoir est de 63 et l’opération de recrutement est toujours en cours ». 

S’agissant de l’épineuse question sécuritaire, le Pr Ahmed Bouda a indiqué que, désormais, la sécurité au niveau du campus Hasnaoua sera assurée par une entreprise spécialisée dans ce domaine et entrera dans ses fonctions dès le mois de janvier ou février de l’année prochaine, soit juste après son installation. 

L’invité n’a cependant indiqué ni le statut juridique exact de cette société sécuritaire, que l’on désigne souvent par les termes de « société de gardiennage », ni le montant exact du contrat. 

A la question de savoir si tous les campus universitaires jouiront de la présence des professionnels de la sécurité dans leurs espaces respectifs, le recteur de l’université Mouloud-Mammeri a répondu par la négative, et ce au motif de l’obstacle financier. « Cependant, a-t-il indiqué, nos propres agents de sécurité continuent de s’acquitter de leurs missions ». Sur ce même volet, l’invité au forum de Radio de Tizi Ouzou a déclaré que les espaces de l’université subissant fréquemment des incursions de voyous et autres malfrats, notamment Hasnaoua, sont pourvus à présent de caméras de surveillance.

A Bastos, c’est tout un mur de clôture qui nécessite des réparations pour mettre fin aux allées et venues de personnes étrangères au monde universitaire et surtout de mauvaise moralité. Au campus de Tamda, la clôture est déjà finie. 

Sur le plan de la recherche scientifique, le Pr Ahmed Bouda a reconnu un déficit. Un déficit qui n’est pourtant pas dû à l’élément humain mais plutôt à l’insuffisance « criante » de laboratoires et autres infrastructures indispensables à cet effet. « Nous n’avons que 33 laboratoires de recherche ; ce qui n’est pas suffisant », a indiqué le recteur, avant d’ajouter : « En dépit de cette lacune, qui n’est pas des moindres, l’université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou fait bel et bien de la recherche scientifique, car bien des enseignants chercheurs, amoureux de leur métier, travaillent avec passion et acharnement dans leurs laboratoires ». 

Le recteur de l’université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou est revenu sur les différents manques dont souffre atrocement l’institution qu’il dirige, dont les équipements indispensables aux missions universitaires, et ce pour cause d’absence d’argent. Et par ricochet, il a démontré cet état de fait par la mauvaise gestion dans le passé. 

En somme, beaucoup d’argent a été dépensé dans le passé au seul chapitre des infrastructures et de l’équipement, sans pour autant que le projet soit finalisé.  

Notons enfin que l’invité du forum n’a pas caché son optimisme quant au fait que l’université Mouloud-Mammeri retrouve ses lettres de noblesse. C’est pourquoi le Pr Ahmed Bouda a fortement plaidé pour l’instauration d’un climat de sérénité. Une sérénité devant permettre le dialogue franc entre les différentes parties concernées. 

 

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email