-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le Polisario met en garde l’ONU

Le Polisario met en garde l’ONU

Le secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix de l’ONU, Hervé Ladsus, fera aujourd’hui un briefing au Conseil de sécurité sur la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (Minurso).

Ladsus devrait faire le compte-rendu de sa dernière visite aux camps des réfugiés et également au QG de la Minurso à Laâyoune, dans les territoires occupés. Lors de sa virée avant-hier, il était accompagné de la cheffe de la Minurso, la Canadienne Kim Bolduc, et du général pakistanais Muhammad Azam Tayyab, nommé commandant des Casques bleus au Sahara occidental en septembre dernier par Ban Ki-moon.

Ladsus s’est rendu au poste permanent de la Minurso installé depuis l’éclatement de l’affaire Alguerguerat où sont stationnés quelques agents de la force onusienne, avant de clore sa courte visite en rebroussant chemin vers Nouadhibou.

Ladsus devrait aussi informer le Conseil de sécurité de la situation sécuritaire tendue dans la zone d’Alguergarat au sud du Sahara occidental, où le Maroc veut construire une route traversant les territoires sous contrôle du Front Polisario, en violation de l’accord de cessez-le-feu de 1991.

Le briefing de Ladsus au Conseil de sécurité intervient deux semaines après celui tenu le 18 octobre dernier par Christopher Ross l’envoyé personnel du SG de l’ONU, sur l’état du processus onusien au Sahara occidental.

Les Etats-Unis avaient proposé au cours de cette dernière réunion de dépêcher une mission au Sahara occidental en vue d’accélérer le processus de l’ONU pour le règlement de ce conflit. L’ONU se heurte au refus du Maroc de coopérer avec son émissaire Christopher Ross, le considérant toujours comme persona non grata dans les territoires sahraouis occupés.

Le SG de l’ONU est toujours en négociation avec les autorités marocaines pour qu’elles autorisent Christopher Ross à se rendre au Sahara occidental occupé, a fait savoir dernièrement le porte-parole du secrétaire général de l’ONU, Stéphane Dujarric.

Le Premier ministre de la RASD, Abdelkader Ould Taleb Omar, a indiqué vendredi dernier à un site espagnol que le dossier du Sahara « connaît des changements qui mettent le Polisario dans l’obligation de réviser sa stratégie ». Ould Taleb a révélé que par l’expulsion de la Minurso et sa demande de réintégrer l’Union africaine après 32 années d’absence, le Maroc « a fait montre de faiblesse ».

Au cours de son entretien, le responsable de la RASD a souligné que le Polisario « n’a plus aucune marge de manœuvre » et que la voie ouverte en 1991 pour une solution politique du conflit « se trouve obstruée », expliquant qu’en l’état actuel des choses, « il n’y a que deux choix inévitables ».

Le premier consiste en la poursuite de la recherche d’une solution pacifique, et le second, c’est la guerre qui le définira. C’est pour l’une de ces deux alternatives que le Polisario doit opter.

En conclusion, Ould Taleb a demandé à l’ONU d’assumer ses responsabilités, de tenir compte de ces nouvelles donnes et de prendre des mesures « avant qu’il ne soit trop tard », tout en prophétisant que le Maroc « franchira les lignes rouges », ce qui libérera le Polisario de ses engagements et le poussera à répondre à ce qu’il a qualifié de provocations.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email