-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le poète Benmohamed : Une source de sagesse, de loyauté, de nationalisme

Le poète Benmohamed  : Une source de sagesse, de loyauté, de nationalisme

Cette fin de semaine, la fondation Ahmed et Rabah Asselah, située au centre-ville au Bd Zirout-Youcef et présidée par le professeur Hocine Asselah, a reçu le poète et parolier Benmohamed pour une conférence-débat. Ce fut un récital de poésie captivant et débordant d’émotion où les valeurs universelles se sont mêlées à celles de notre patrimoine civilisationnel.

Benmohamed, de son vrai nom Mohamed Benhamadouche, écrit sa poésie depuis l’année 1958. C’était la guerre de libération nationale et les atrocités du colonialisme ainsi que les souffrances du peuple algérien ont été sa première source d’inspiration.

C’est de là qu’a émergé et que s’est approfondi son amour inconditionnel pour sa terre natale et son nationalisme indiscutable pour son pays qu’il veut prospère, juste, tolérant, avancé, cultivé, lumineux, solidaire, vivant avec son temps, loin de tout extrêmisme ou fondamentalisme.

Ses autres thèmes d’inspiration reposent sur l’immense richesse et la densité du patrimoine civilisationnel de notre terroir que nos ancêtres ont savamment conservé et fidèlement suivi à travers les âges. Benmohamed s’applique à faire revivre leurs valeurs et à les faire redécouvrir par les générations actuelles, démontrant la haute intelligence et l’universalisme des acteurs de notre patrimoine.

« J’ai été émerveillée par le récital de Benmohamed.
Son grand message c’est la loyauté, la sagesse, le nationalisme », déclare Saliha Khelifi, elle-même maîtrisant l’art de la poésie puisqu’elle a déclamé durant les débats un poème dédié personnellement à Benmohamed.

Saliha Khelifi est une artiste très connue dans notre monde des arts pour ses œuvres délicates dans la calligraphie amazighe et ses thèmes d’inspiration pleins d’enseignements.

« En tant que simple citoyen algérien, je retrouve mon identité et ma sérénité en assistant aux conférences de Benmohamed’’, affirme Mustapha Touahri, un enfant de Belcourt qui ne rate jamais les interventions publiques de ce grand poète qui est aussi un parolier de renom. Benmohamed a écrit des textes magnifiques et sublimes pour des chanteurs qui ont acquis leur gloire grâce à ces titres.

Il a participé à l’ « laboration du programme du Haut commissariat à l’amazighité sur la commémoration du centenaire de la naissance de Mouloud Mammeri. Parmi la multitude de ces chanteurs on citera Idir et Nouara. Benmohamed est passé à l’universel pour le texte de la berceuse Avava Inouva qui a fait le tour du monde.

Le professeur Hocine Asselah nous promet d’autres rencontres aussi captivantes dans le programme d’activités de la fondation Rabah et Ahmed-Asselah. « Je voudrais, entre autres, faire connaître dans ma galerie d’art des artistes peintres algériens résidant à l’étranger et qui s’inspirent des éléments de notre patrimoine culturel », précise le professeur Hocine Asselah.

Dans l’immédiat, il nous invite ce 25 novembre à la fondation à une rencontre de haut niveau avec Mgr Tessier qui traitera de sujets sur l’histoire de l’Algérie, celle de Saint Augustin et celle du savant algérien du XIXe. Siècle, Ben Cheneb.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email