-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le plan «anti-enlèvement» réactivé

Le plan «anti-enlèvement» réactivé

En une semaine seulement, dix affaires de kidnappings ont été traitées par les différentes unités de la Gendarmerie nationale et de la DGSN, ce qui démontre une nouvelle cascade en ce genre de crime.

Pas moins d’une vingtaine de personnes dont la plupart sont des filles mineures, collégiennes et lycéennes, ont été enlevées dans la majorité des cas par des transporteurs clandestins, ce qui a poussé le commandement de la Gendarmerie nationale de réactiver le plan d’urgence « Anti-kidnapping ». Il y a trois jours, quatre jeunes filles ont été enlevées à Tlemcen par un jeune transporteur clandestin au moment où elles devaient se rendre à un mariage de leurs proches, selon un communiqué de la Gendarmerie nationale.

En effet, le groupement territorial de Gendarmerie nationale de Tlemcen a reçu, il y a trois jours, une communication téléphonique sur le numéro vert 1055 d’un citoyen avisant que quatre filles, ayant sollicité un conducteur d’un véhicule de marque Renault 25, pour les conduire à une fête de mariage, à la ville de Sebdou vers Tlemcen, ont été enlevées par ce dernier qui les a conduites à une habitation abandonnée à la commune de Béni Mester.

Alertés, les gendarmes de la brigade de Béni Mester ont été sur les lieux où après recherches, ils ont libéré les victimes qui étaient séquestrées dans la dite habitation et interpellé deux suspects en état d’ébriété alors que six autres acolytes ont réussi à prendre la fuite. Les victimes ont déclaré qu’elles ont été rouées de coups par les ravisseurs qui ont violé deux d’entre elles. Suite à cette affaire, les gendarmes ont ouvert une enquête afin d’identifier les six présumés actuellement en fuite.

Deux jours après, un autre kidnapping a eu lieu dans la wilaya d’Oran où une jeune fille âgée de 18 ans accompagnée par son ami âgé de 17 ans, ont été enlevés par un transporteur clandestin après lui avoir demandé de les transporter vers une maison.

D’après la Gendarmerie nationale, l’arrestation du présumé ravisseur a eu lieu grâce à un appel téléphonique sur le numéro vert,le « 10 55 » par la jeune fille.

Le transporteur clandestin a pris la direction de la forêt Adhra..
Les gendarmes de la brigade locale, renforcés par la section de sécurité et d’intervention (SSI) se sont aussitôt dirigés au lieu indiqué par la fille grâce à son portable avant de localiser le véhicule appartenant au ravisseur.

L’intervention des gendarmes a permis d’interpeller le conducteur tandis que son complice qui l’accompagnait a réussi à s’échapper, poursuit la Gendarmerie.
Toutefois, une enquête a été déclenchée afin de le localiser.

Toutefois, les affaires d’enlèvement des filles ont pris de l’ampleur, ce qui a poussé les gendarmes d’activer le plan d’urgence spécial anti-enlèvement. Les ravisseurs agissent en rapidité et ciblent beaucoup plus les mineurs et surtout les jeunes lycéennes. Présentement, une autre cible les intéresse, il s’agit des ressortissantes africaines à l’image d’une jeune étudiante de nationalité nigériane qui a été enlevée puis violée par sept jeunes à El Harrach.

La victime, âgée de 20 ans et étudiante à l’Université d’Annaba, s’est présentée, il y a cinq jours à la section de recherches de la Gendarmerie nationale d’Alger, pour déclarer que lors de son déplacement de la gare routière de Tafourah Alger vers celle de Caroubier, à bord d’un véhicule d’un transporteur clandestin qui l’ a conduise à une habitation inoccupée sise dans un endroit isolé où elle a été violée par le mis en cause avec deux autres acolytes, qui l’ont dépossédée par la suite d’une tablette I-PAD, un téléphone portable, une bague et des boucles d’oreilles en or et la somme de 10.000 DA, avant de l’abandonner non loin des lieux.

Après avoir marché une demi-heure, elle a été prise en autostop par un usager de la route qui l’a déposée près de Staouéli, d’où elle a été évacuée à l’hôpital de Zéralda, pour recevoir les soins nécessaires.

Les investigations entreprises par les gendarmes enquêteurs ont abouti à l’interpellation au centre-ville d’El-Harrach, de trois des mis en cause (gérants de locaux de vente de téléphones portables) et la récupération du téléphone portable et de la tablette I-PAD de la victime.

Les quatre auteurs du méfait dont le transporteur clandestin, dénoncés au cours de l’enquête, ont été interpellés au centre-ville d’El-harrach.
 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email