Le plaidoyer des députés lors des débats sur le PLF 2024  : Préservation du pouvoir d’achat et numérisation – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le plaidoyer des députés lors des débats sur le PLF 2024  : Préservation du pouvoir d’achat et numérisation

Le plaidoyer des députés lors des débats sur le PLF 2024  : Préservation du pouvoir d’achat et numérisation

Dans le cadre des débats sur le projet de loi de finances (PLF) pour l’exercice 2024, les membres de l’Assemblée populaire nationale (APN) ont appelé à la nécessité d’accélérer le processus de numérisation et sa généralisation, ainsi que la mise en œuvre des différentes mesures visant à préserver le pouvoir d’achat des citoyens.

Les interventions des députés ont été axés sur nombreuse thématiques traitants principalement les dossiers sociaux-économiques. Le député Hattab Noureddine du Mouvement de la société de la paix (MSP) a mis en exergue le rôle de la numérisation dans le secteur financier. Il a aussi plaidé pour « l’installation d’une caisse nationale pour l’investissement permettant de soutenir les petites et moyennes entreprises (PME) vu leur importance dans la création de la richesse et leur contribution dans l’économie nationale ». Sur le dossier des importations, le député a affirmé que « la réduction des importations a impacté les sociétés locales qui ont besoin de la matière première importée ».

Khadim Toufik, député du même parti, il a appelé à « à soutenir le processus d’ouverture de banques algériennes dans les pays africains et européens, ainsi qu’accélérer le lancement des bureaux de changes ».

De son côté, le député Nasri Zohir du Front de la Liberté Nationale (FLN) a évoqué « l’importance d’élargir les lignes ferroviaires en parallèle avec l’exploitation du secteur minier pour booster l’économie nationale ». Il a en outre mis en avant le problème du stress hydrique et la nécessité d’adopter une stratégie de traitement des eaux usées.

Dans la même optique, les députés ont également appelé à introduire des réformes dans le domaine de l’agriculture, pour atteindre la sécurité et l’autosuffisance alimentaire en sus de faire face aux spéculateurs qui augmentent aléatoirement les prix, affectant ainsi le simple citoyen.

De plus, le débat s’est déroulé autour de l’appréciation de l’augmentation des salaires et des allocations, de la révision de certains droits et de la réduction des droits de douane applicables à certaines activités. 

La non-imposition de nouvelles taxes, a été par ailleurs saluée par les députés, affirmant que cette mesure contribue à amélioration le pouvoir d’achat des citoyens

D’autre points ont été abordées, telles que la nécessité de cadrer les projets, d’étudier l’efficience et de bien répartir les crédits financiers, ainsi que l’ouverture de nouvelles lignes aériennes vers plus de capitales du monde. 

L’importance d’intensifier la surveillance des activités commerciales pour contrôler les prix des biens, ainsi qu’augmenter les dépenses d’investissement pour réaliser le décollage économique ont été aussi évoquées.

Il convient de rappeler que le ministre des Finances, Laaziz Faid avait présenté, lundi, le projet de loi de finances pour l’exercice 2024, devant les députés de l’Assemblée populaire nationale, lequel prévoit des dépenses de plus de 15.275 milliards (Mds) de DA, dont 18% destinées à l’investissement public.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile ?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email