-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le patron de Cevital écroué en attendant son jugement

Le patron de Cevital écroué en attendant son jugement

C’est sous haute surveillance que les éléments de la brigade de recherches de la gendarmerie nationale de Bab Djedid ont transféré lundi soir  l’homme d’affaires et le patron du Groupe Cévital, Issad Rebrab à la prison d’El-Harrach.
Le procureur de la République du tribunal de Sidi M’hamed, qui a sollicité de son collègue de la 5e chambre de l’instruction l’ouverture d’une enquête judiciaire, a décidé de placer en détention provisoire le golden boy de Cévital après avoir relevé plusieurs anomalies et carences dans les transactions commerciales relatives à l’importation de matériels.
Le patron de Cévital est poursuivi pour fausse déclaration, importation de matériels transfert illégal de capitaux vers l’étranger et surfacturation.
Le directeur de la communication Mouloud Ouali avait pourtant affirmé dans un communiqué de presse adressé aux rédactions que « Rebrab n’a pas été arrêté. On s’est présenté ce matin à 9h30, il est en train d’être entendu sur le blocage Evcon ». À deux reprises, Issad Rebrab, via son compte Twitter a démenti son arrestation, affirmant que sa comparution devant le procureur rentrait dans le cadre de l’enquête sur le blocage d’Evcon. Rebrab s’est rendu à la brigade de gendarmerie pour « poursuivre l’étude du dossier de la presse 1300A15, retenu depuis juin 2018 jusqu’à aujourd’hui », a-t-il ajouté. Rabrab a tenu à souligner pour sa part, dans un tweet : « Dans le cadre des blocages de notre projet Evcon, je me suis présenté de nouveau ce matin à la brigade de gendarmerie de Bab Djedid. Nous poursuivrons l’étude de l’affaire de nos équipements retenus au port d’Alger depuis juin 2018 ».
Le patron du Groupe Cévital devra attendre des mois dans sa cellule, à la prison d’El-Harrach pour être encore une fois entendu par le juge d’instruction du pôle judiciaire du tribunal de Sidi M’hamed. Son dossier sera ensuite transféré à la chambre d’accusation de la cour d’Alger, où les magistrats se prononceront sur son sort. Il est fort possible que les juges maintiennent toutes les accusations portées à son encontre au cours de l’enquête préliminaire et de l’instruction judiciaire qui vient juste de commencer.
Redouane Hannachi

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email