Le nouveau président de la Faf sortira du duel Zefizef - Serrar – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Sports

Le nouveau président de la Faf sortira du duel Zefizef – Serrar

Le nouveau président de la Faf sortira du duel Zefizef – Serrar

Ceux qui tablaient (tout le laissait prévoir, en effet) sur une simple formalité lors de l’AG Elective prévue le 07 juillet prochain avec une (ré) élection sans suspense en raison d’un manque de candidatures, le nom avancé (Raouraoua, pour ne pas le nommer) refroidissant bien des prétentions, doivent repasser.

Coup de théâtre lundi soir du côté de la commission chargée de recueillir les dossiers des candidatures à quelques minutes seulement de la fin du délai imparti pour clore l’opération.
Retournement de situation qu’on pensait imprévisible tant les doutes n’étaient plus permis dès que des informations, données pourtant données pour sûres par des personnes proches du cercle de l’intéressé, avaient avancé, avec une grosse assurance que l’ancien boss de la structure faitière du ballon rond national, était partant certain ?

Finalement non, bien que ce qui s’apparente finalement à un faux-scoop (Raouraoua, ayant gardé, à raison, le silence radio de rigueur, n’a rien laissé filtré sur le sujet) apparaissait, les rumeurs faisant le reste, pout tout le monde comme une évidence. Jusqu’à l’annonce officielle d’Ali Malek relatif au match (tout ce qu’il y a d’officiel, celui-là) devant mettre aux prises le tandem Serrar- Zefizef sur la route de la succession d’Amara, la balance penchait tout naturellement au bénéfice de Raouraoua dont la seule évocation du nom laissait les potentiels concurrents dans les starting-blocks. Non sans rester à l’écoute.

En embuscade d’une possible machine- arrière de celui qui, sans dire mot, mettra l’habit de super favori, bien que l’ancien président de la Ligue de Football Professionnel (LFP), une des personnalités les plus influentes de la discipline et connues pour être proche de l’ex-N°1 du jeu à onze national (et donc dans la confidence) révélait la veille, avec insistance, dans les colonnes d’un confrère, une information finalement confirmée aux alentours de 20h00 dimanche soir : « Raouraoua n’est pas intéressé par un come-back et ne se présentera par conséquent pas ». Un « scoop », vrai celui-là, qui ne manquera pas de relancer la course en encourageant deux noms biens connus du sérail, en l’occurrence Abdelhakim Serra et Djahid Zefizef, dont les dossiers étaient préparés au cas où.

Ficelés mais en attente de l’inexistence (lire le non-intéressement de Raouraoua qui laisse enfin libre la voie) de candidats, ce qui leur permettra de s’inscrire dans les temps fixés. Limite, limite. A la toute dernière minute, une fois la « défection » de Raouraoua officialisée.

Qui l’emportera dans ce duel qui promet entre deux vieilles connaissances dont la particularité est d’avoir travaillé ensemble. Qui ne viennent pas en terrain inconnu. Surtout. En attendant le quitus de la Commission quant à la recevabilité et la validation des dossiers (ils comptent, au passage, des membres connus de la scène footballistique ayant, pour certains, une expérience dans la conduite des affaires d’une maison-Faf attisant décidément les convoitises) des deux concurrents en lice. Dont l’ambition affichée et légitime, est de s’installer (ils savent et les avantages qu’il permet et les tracas qui les attendent avec des oppositions, voire des empêcheurs de tourner en rond, n’en démordant jamais) sur le fauteuil laissé vacant par un Amara vérifiant à ses dépens toute la difficulté à diriger la baraque.

Qui de l’actuel président de l’ES SétifES Sétif Entente sportive sétifienne, plus communément appelée l'Entente de Sétif ou simplement l'ESS, est un club omnisports algérien dont la section la plus célèbre pratique le football. Il est fondé en 19582 ,comme l'Équipe militante du FLN en exécution de la permission de fonder le club signée par Le Moudjahid Mohamed Kerouani en 1958  , qui a l’avantage d’un CV bien rempli, et du manager général de l’Equipe Nationale et aux compétences avérées, aura les faveurs d’une AG qu’on sait certes frondeuses mais obéissant aux ordres ?

On devait en savoir un peu plus clair dans la soirée d’hier (avant minuit), une fois le verdict de la CC rendu. Suspens dans le camp de Serrar dont le dossier, croit-on savoir, ne pèserait pas lourd devant celui concocté par son concurrent, en meilleure posture.

Pas de suspens du tout (une éventualité dans l’air), la tendance virant même à un retrait (à confirmer) de Serrar, sinon d’un niet de la CC. Comprendre que la probabilité d’une candidature unique, l’AGE n’ayant plus qu’à se prononcer, comme elle sait si bien le faire, à mains levées.

Sans se donner la peine de faire le déplacement de l’urne. Alors, Zefizef nouveau patron du football algérien ? Il faut, semble-t-il, le croire. C’est dans l’air du moins, la visibilité manquant pour oser le moindre pronostic.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email