-- -- -- / -- -- --
Nationale

le nouveau commandant de groupement installé

le nouveau commandant de groupement installé

Agissant dans le cadre de la poursuite de l’opération de redéploiement des services de sécurité appartenant au corps de la Gendarmerie nationale, le commandant de la 1re région
de la Gendarmerie nationale de Blida, le général-major, Aïssa Badil, a procédé mardi à l’installation du nouveau commandant de groupement de la gendarmerie nationale de la wilaya de Tizi-Ouzou, le colonel Nourredine Akrrouf. Ce dernier remplace remplace le colonel Djillali Douali, dont le mission à la tête du commandement de la gendarmerie de la wilaya de Tizi-Ouzou a pris fin au mois d’août dernier.

C’est en présence des autorités militaires et civiles de la wilaya de Tizi-Ouzou, à leur tête, Abdelkader Bouaghzi, que le général-major, Aïssa Badil a procédé à l’installation officielle du nouveau premier responsable de la gendarmerie au niveau de la wilaya de Tizi-Ouzou, laquelle a eu lieu au siège même du commandement de la gendarmerie. A cette occasion, le général –major, Aïssa Badil, a rappelé les missions de la Gendarmerie nationale.

De même, le commandant de la 1ère région de la Gendarmerie nationale de Blida a mis en avant la symbolique de ce mois de novembre qui est en symbiose avec sa mission à Tizi-Ouzou. Et au passage, le général major, Aïssa Badil et beaucoup de grands personnages natifs de la région, dont la grandeur justement était en corrélation avec la lutte pour la liberté et la construction du pays.

De Lalla Fadhma N’Soumeur, d’Amirouche, de Krim Belkacem, Ouamrane, d’Ali Mellah, d’Abane Ramdane, Mouloud Feraoun, et deTahar Djaout sont quelques uns des noms cités par le commandant de la 1ère région de la Gendarmerie nationale de Blida, que lui-même a reconnu comme une liste loin d’être exhaustive.

Après la fin de cette cérémonie, le général major, Aïssa Badil, prit la direction de Maâtkas où il procéda à l’inauguration de la brigade de la gendarmerie locale. Sur les lieux, le général major et l’importante délégation l’accompagnant furent accueillis par une foule nombreuse parmi laquelle se trouvaient de nombreux Moudjahidine. 

Une fois cette mission accomplie, ce fut le retour vers la ville de Tizi-Ouzou, plus exactement au quartier « le Bordj « . A Tizi-Ouzou-ville, le général-major, Aïssa Badil, a procédé à l’inauguration de la nouvelle brigade d’intervention rapide (BIR). Après la cérémonie officielle d’inauguration de cette BIR, un déjeuner fut servi aux convives. La suite du programme se traduisit par une démonstration des équipes de la BIR, sur les lieux mêmes de leur casernement. 

Pas moins de huit exercices ont été superbement exécutés par les gendarmes. Il y a lieu de signaler qu’un esprit sensible n’aurait pas supporté le spectacle de très haute performance offert par les gendarmes.

Le premier numéro a consisté à descendre d’un camion qui roulait à au moins vingt-cinq Km/h et y remonter sans qu’il diminue sa vitesse. Une autre équipe descendue de deux voitures Toyota qui roulaient à au moins 35 Km/h et y a remonté. L’assaut donné à un bâtiment où se trouvait un dangereux criminel et sa neutralisation renseigne sur les compétences des équipes du BIR. 

Certains gendarmes montent sur le toit du bâtiment, d’autres par la fenêtre en exécutant de superbes cabrioles et toujours l’arme, prête à cracher le feu. Un autre numéro a consisté à servir d’une arme (un pistolet-mitrailleur) dans des mouvements très complexes.

C’est le cas par exemple de faire une cabriole et se retrouver, genoux à terre, en position de tir. Le numéro exécuté n’a pas dépassé un laps de temps de 5 secondes. Une autre démonstration a consisté à prouver la capacité des gendarmes à neutraliser à main nue plusieurs adversaires. Ceci a relevé du domaine des arts martiaux.

La délivrance d’un otage et la neutralisation de son preneur ont fait également partie d’une démonstration. Enfin, vint la démonstration de la maîtrise du véhicule. Plusieurs gendarmes se tiennent allongés sur le dos et à intervalle de trois mètres environs, deux véhicules foncent à vive allure et passent par-dessus les corps sans pour autant les toucher. Un spectacle à vous donner le tournis. Car la moindre fausse manœuvre du conducteur, c’est la mort certaine pour la personne restée allongée sur le sol.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email