-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le MSP revendique la victoire aux législatives

Le MSP revendique la victoire aux législatives

Le mouvement de la Société pour la Paix (MSP) a revendiqué ce dimanche, la victoire aux législatives annonçant être à la tête des résultats dans la plupart des wilayas du pays.

« Nous saluons les citoyens qui ont voté pour nos listes à l’intérieur et à l’extérieur du pays », a annoncé Abderrezak Makri dans un communiqué publié sur la page Facebook du MSP.

« Cependant, nous avertissons qu’il y a de nombreuses tentatives pour changer le résultats en fonction des comportements antérieurs, ce qui aura des conséquences néfastes pour le pays et l’avenir du processus politique et électoral », a mis en garde le président du MSP.

Il a appelé le président de la République à «protéger la volonté du peuple, qui s’exprime effectivement, conformément à ce qu’il a promis».

Dans une déclaration à la presse après avoir accompli son devoir électoral à l’Ecole Lalla Fatma N’soumer de Draria (Alger) dans le cadre des élections législatives, M. Makri s’est dit optimiste quant à ces élections pour une Algérie meilleure, précisant que ces élections sont «particulières et ne sont pas similaires aux précédentes», car intervenant suite au «Hirak populaire béni».

Abderrezak Makri avait déjà annoncé qu’il était prêt à occuper le poste de premier ministre dans le cas ou son parti remporterai les législatives, « si nous réussissons et si nous aurons l’opportunité d’être partie prenante de la décision politique et économique », faisant part de sa disposition à devenir chef du gouvernement ou premier ministre « si on gagne ».

L’essentiel est que les élections soient transparentes et que nous arriverons à un gouvernement d’union nationale, que nous nous mettrons d’accord sur ce pacte national, sur une vision économique, sur une vision politique.

M. Makri a également affirmé que son parti participera au prochain gouvernement, à condition « d’être partie prenante de la décision politique ». « Nous n’accepterons jamais de faire la façade. Si nous sommes partie prenante de la décision politique et économique, à ce moment-là il est de notre devoir de participer dans le gouvernement».

Lors de sa campagne électorale le leader du MSP avait précisé que son parti qui «cumule 30 ans d’expérience, de patience et de militantisme au service du pays», participe à cette échéance avec la conviction de réussir, et permettre dans un esprit de coopération avec l’Etat et le peuple, la concrétisation de plusieurs objectifs, dont la lutte contre le tutorat et le monopole dans la gestion des affaires du pays.

Le président du MSP a, dans ce cadre, estimé que «personne n’a le droit de s’ériger en tuteur du peuple”, ajoutant que “l’édification du pays n’est pas aisée, mais nécessite qu’on mette la main dans la main pour relever le défi et déjouer toutes tentatives malsaines».

Makri a également affirmé que sa formation œuvre à «rectifier la trajectoire et n’a nullement l’intention de se focaliser sur le passé».

Pour Abderrezak Makri, «le MSP est prêt à appliquer son programme» et les militants ainsi que les sympathisants qui ont participé soit à la confection des listes de candidats ou tout simplement ceux qui ont parrainé ses listes étaient «la preuve que notre parti dispose de structures et de militants capables de relever le défi». «Surtout que le pays est sur le point de connaître une crise économique très grave, puisque nous n’arrivons toujours pas à sortir de la dépendance aux hydrocarbures», a-t-il prévenu.

Pour rappel, lors des législatives de 1997 le MSP avait obtenu 69 sièges, intégrant pour la première fois le gouvernement, puis 38 siège lors des élections de 2002,  en 2007 le parti avait réussi à remporter 52 sièges.  En 2012 le parti avait boycotté les élections pour se représenter en 2017 et gagner 34 sièges seulement.

Le taux de participation national aux élections législatives a atteint 30.20 % la fermeture des urnes à 20h00, selon le président de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Charfi.

Il a précisé que 6 wilayas ont enregistré un taux de participation de plus de 50 % dont deux wilayas ayant dépassé 74 %, alors que 3 wilayas ont connu un taux allant entre 40 et 50 % et 14 autres entre 30 et 40%. Il a été également noté un taux dépassant les 25 au niveau de 5 wilayas et un taux entre 20 et 25% dans 7 wilayas. Selon M. Charfi, 22 wilayas ont enregistré une participation de plus de 100 000 votants.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email