Le monoxyde de carbone fait des ravages – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Le monoxyde de carbone fait des ravages

Le monoxyde de carbone fait des ravages

Chaque hiver, avec les chutes de température, le monoxyde de carbone revient sur le devant de la scène avec son lot de victimes. Invisible et inodore, il a causé la mort de 95 personnes depuis le début de l’année. Des appels à la vigilance se multiplient alors que l’obligation d’équiper chaque foyer d’un détecteur de monoxyde carbone s’impose pour mettre fin à cet «ennemi» qui décime des familles entières.  

La Protection civile a établi un bilan sur les dégâts causés par le monoxyde de carbone depuis le début de l’année. «95 personnes ont succombé à une intoxication par inhalation de monoxyde de carbone et plus de 2 000 autres ont été secourues d’une mort certaine, depuis janvier 2021, par les éléments de la Protection civile», a affirmé la Protection civile dans un communiqué rendu public hier, renouvelant l’appel à la vigilance et au respect des consignes de sécurité. Des familles entières sont parfois décimées par ce tueur silencieux.

Avant-hier, cinq membres d’une même famille habitant  dans la commune de Kaïs, dans la wilaya de Khenchela, sont morts asphyxiés par le monoxyde de carbone provenant d’un chauffage. Il s’agit du père (51 ans), de la mère (41 ans), de deux garçons âgés de 9 et 15 ans et d’une fille de 18 ans. Deux semaines auparavant, une famille composée de quatre personnes, une mère de 32 ans et ses trois enfants, est décédée par asphyxie au monoxyde de carbone dans la wilaya de Sétif. Des chauffages défectueux, des contrefaçons de marques ou encore la mauvaise utilisation de ces appareils ainsi que le manque d’aération sont à l’origine de ces drames.

La Protection civile, qui rappelle que le monoxyde de carbone est «un gaz dangereux, invisible et sans odeur», affirme qu’il provoque des «intoxications parfois fatales, résultant d’une mauvaise utilisation des appareils de chauffage ou d’une absence d’aération dans les habitations, demeures et locaux».

«La prévention reste un moyen très efficace pour réduire les risques liés à ce type d’accidents domestiques», a souligné la Protection civile, invitant les citoyens à respecter les consignes de sécurité nécessaires afin de préserver et protéger leur vie. Il s’agit de ventiler le logement lors de l’utilisation des appareils de chauffage, de ne pas boucher les prises d’air dans les pièces, d’aérer au moins 10 minutes par jour et de ne pas utiliser de tels appareils dans des pièces dépourvues d’aération.

La Protection civile recommande également l’entretien régulier, effectué par un professionnel, des appareils de chauffage et appelle à la non-utilisation d’autres appareils, tabouna et autres, comme moyen de chauffage.

Pour mettre fin à ces drames, des associations, à l’instar de l’Organisation algérienne de protection et d’orientation du consommateur (APOCE), ont interpellé les autorités pour obliger chaque foyer utilisant un chauffage à gaz à s’équiper d’un détecteur de monoxyde de carbone.

La question a aussi été, faut-il le rappeler, évoquée par les hautes autorités du pays. Le président de la République a en effet instruit les services concernés de redéfinir les critères relatifs à l’importation des chauffages à utilisation domestique, et ce de manière à prendre en considération les normes de sécurité notamment.

Lors du dernier Conseil des ministres du 21 novembre passé, Abdelmadjid Tebboune a également donné des instructions afin de lancer une campagne nationale, à titre gracieux, pour le contrôle des chauffages fonctionnant au gaz naturel afin de protéger la vie des citoyens.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email