Le ministre italien de l’Agriculture à Alger le 6 juillet – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Le ministre italien de l’Agriculture à Alger le 6 juillet

Le ministre italien de l’Agriculture à Alger le 6 juillet
Italian Agriculture and Food Sovereignty Minister Francesco Lollobrigida during a press conference in Rome 28 March 2023. ANSA/FABIO FRUSTACI

Le ministre italien de l’Agriculture, Francesco Lollobrigida, est attendu, samedi 6 juillet à Alger. Une visite qui a pour but la supervision de la signature de l’accord sur le plus grand investissement italien dans l’agriculture durable du sud de la Méditerrané, c’est ce qu’a rapporté hier, l’agence italienne Nova.

L’accord permettra de mettre en œuvre un vaste projet dans la wilaya de Timimoun, au sud du pays et destiné à la production de céréales et d’industries alimentaires.

L’accord de partenariat algéro-italien pour la mise en œuvre d’un vaste projet dans à Timimoun appelé « Fondation Mathi Afrique » s’étendra de 2024 à 2028. Il consistera en la production de céréales et d’industries alimentaires.

Il vise également à renforcer les relations bilatérales entre l’Algérie et l’Italie à tous les niveaux; ainsi qu’à faire avancer plus rapidement la voie économique nationale vers l’autosuffisance.

Dernièrement, Omar Rekache, directeur général de l’Agence algérienne de promotion des investissements (API), annonçait un projet agricole entre le Fonds algérien d’investissement et le partenaire italien Bonifiche Ferraresi BF. Lequel visait à cultiver des céréales dans l’État de Timon; et ce, sur une superficie totale dépassant 36 000 hectares d’une valeur dépassant 420 millions de dollars.

Le holding italien Bf Spa, déjà actif en Afrique, a débuté avec une petite concession de 900 hectares avec un partenaire privé algérien et s’apprête désormais à clôturer un vaste projet de 36.000 hectares.

L’objectif du groupe dirigé par Federico Vecchioni est de livrer « clé en main » à l’Algérie toute une chaîne agroalimentaire complète, depuis la fourniture de semences jusqu’à la production industrielle dérivée des cultures, en passant par les pâtes alimentaires, révèle l’agence Nova.

Le projet implique l’utilisation de techniques agronomiques avancées, telles que la rotation des cultures pour optimiser le rendement agricole.

Selon la même source, l’accord devrait être officialisé lors de la visite du ministre de l’Agriculture, de la Souveraineté alimentaire et des Forêts prévue samedi 6 juillet.

L’Algérie bénéficiera de la production de blé et d’autres aliments pour la sécurité alimentaire et la diversification industrielle, réduisant ainsi la dépendance excessive de son économie aux hydrocarbures.

Ce projet figurait parmi les principaux thèmes de la conversation bilatérale entre le Premier ministre Giorgia Meloni et le président de la République Abdelmadjid Tebboune, tenu en marge du dernier sommet du G7. 

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email