Le ministre de l’Education disposé à prendre en charge les revendications sociales – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Le ministre de l’Education disposé à prendre en charge les revendications sociales

Le ministre de l’Education disposé à prendre en charge les revendications sociales

Alors que certains syndicats du secteur de l’éducation nationale sont entrés dans un mouvement de grève cyclique pour faire entendre leurs voix et demander le règlement d’un nombre de revendications socioprofessionnelles, la tutelle rassure le partenaire social quant à la prise en charge de ses revendications.

Le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belabed, a affirmé que «le gouvernement s’occupera de toutes les préoccupations du partenaire social». Lors de sa rencontre avec les partenaires sociaux, qui s’inscrit dans le cadre des rencontres bilatérales avec les syndicats agréés du secteur, dont le CNAPESTE, entamées le 26 octobre passé, le ministre a déclaré que «ses services travaillent avec une grande détermination pour répondre aux revendications du partenaire social».

Mettant en avant les instructions du président de la République, qui a demandé de travailler sérieusement avec tous les partenaires sociaux, il a indiqué que «ses services travaillent sans relâche pour surmonter les difficultés et résoudre les problèmes du secteur conformément aux lois en vigueur», soulignant, au passage, l’importance accordée au secteur de l’éducation. «Le secteur de l’éducation est un secteur sensible auquel l’Etat accorde toute son attention», a-t-il précisé, signalant le travail du gouvernement pour parvenir à la paix dans le secteur.

Un secteur où, souvent, les syndicats ont toujours eu recours à la protestation pour exprimer leurs revendications. Le Conseil national autonome de personnel enseignant de secteur ternaire de l’éducation (CNAPESTE) a lancé un mouvement de grève depuis le 2 novembre. Le syndicat a appelé à une grève cyclique, motivant ce choix par «le manque de volonté des autorités»,  selon le secrétaire général du syndicat, lequel a évoqué les promesses des autorités qui n’ont pas été accompagnées par des mesures concrètes.

Le syndicat, qui a annoncé cette grève, reconduite pour ce mardi et mercredi, avait souligné l’impact de la terrible baisse du pouvoir d’achat et la gravité de la situation sociale actuelle au vu des résultats d’une rentrée scolaire complexe dans tous les domaines, lesquels ont pesé sur le professeur. Le syndicat réclame donc l’amélioration du pouvoir d’achat qui «connaît une baisse sans précédent» et «nécessite d’augmenter les salaires du professeur en fonction de l’amélioration de sa situation sociale, et de le rendre économiquement et socialement à l’aise». Il exige également que le dossier du logement du professeur soit prioritaire comme moyen fondamental et nécessaire pour assurer sa stabilité et la bonne exécution de ses nobles fonctions, tout en adhérant aux demandes soulevées et liées aux dossiers de retraite, de services sociaux, de médecine du travail.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email