-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le ministre de la Santé : «La carte sanitaire de Tizi Ouzou est bien faite»

Le ministre de la Santé : «La carte sanitaire de Tizi Ouzou est bien faite»

En visite de travail et d’inspection avant-hier dans la wilaya de Tizi Ouzou, la deuxième en moins de six mois, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf, a claironné que la carte sanitaire de Tizi Ouzou est bien faite.

Lors de cette visite, le ministre a été contrarié par au moins deux éléments. Le premier est la faiblesse d’avancement des travaux de réalisation des infrastructures de la santé, et le second est la mauvaise gestion de certaines infrastructures de la santé déjà opérationnelles.

C’est le cas de l’établissement hospitalier spécialisé (EHS) en cardiologie pédiatrique 80 lits Yacef Omar de Draâ Ben Khedda, inauguré, rappelons-le, en grandes pompes au printemps dernier. Au niveau de cet EHS, le ministre a constaté un déficit en matière de ressources humaines, plus exactement un manque de médecins. Le premier responsable de cet hôpital a justifié ce manque à gagner en ressources humaines par l’absence de logements.

Abdelmalek Boudiaf a considéré quant à lui que le motif réel réside dans la mauvaise gestion d’où sa vive réplique au premier responsable de l’EHS : « Où vous exercez votre mission comme il se doit où je vous relève de vos fonctions ! ».

Au niveau du centre anti-cancer I40 lits de la même ville (DBK), encore en chantier, le ministre a été contrarié par la lenteur de l’avancement des travaux. La réalisation de ce centre anti-cancer a été confiée à une entreprise portugaise, ABRANTINA CONSTRUTURA. Celle-ci a démarré les travaux le 15 mai 2009 et s’est donnée un délai de réalisation de I9 mois. Le montant initial du marché était de 3 875 000 000,00 DA TTC dont 3I % de la part transférable. Par « part », il faut entendre devises.

Cependant, ce montant a fait l’objet d’une réévaluation à la hausse. Il a été porté à 4.I22.807.332, 97 DA TTC. Les délais de réalisation ont été également prorogés de 08 mois. Même avec ce délai supplémentaire, le projet devait être livré à la fin de l’année 20II.

En ce jour du jeudi, I7 septembre 20I4, le taux d’avancement n’est que de 40 %. Furieux de ce retard qui ne dit pas son nom, Abdelmalek Boudiaf a signifié aux responsables d’ ABRANTINA CONSTRUCTURA qu’ils doivent impérativement ce projet d’ici le 5 juillet 20I5.

« Nous nous engageons à le livrer à la fin de l’année 20I5 mais pas avant », ont répliqué les responsables d’ ABRANTINA CONSTRUCTURA avec assurance, assurance qui ressemble beaucoup plus à l’arrogance qu’à la réalité des choses. Sur ce, le ministre, à ses côtés, son ami, Abdelkader Bouaghzi, et l’ensemble de la délégation prirent la direction de Oued-Falli, lieu d’implantation du projet du Centre Hospitalo-Universitaire (CHU).

Une fois sur place, le terrain est toujours nu. Même la clôture faite en tôle a été peinte le matin même. A dix mètres de cette clôture on sent les relents de peinture jusqu’à avoir des picotements aux yeux.

Et pourtant, si tout a marché comme prévu, les travaux de terrassement seraient finalisés à l’heure qu’il est. Mais pourquoi un tel retard ? L’entreprise coréenne Daewoo qui raflé le marché s’est vue signifier une opposition par quelques familles sous prétexte que le terrain choisi pour abriter le CHU était le leur.

Or, les services des domaines de la wilaya ont indiqué le contraire. Sur place, le wali indiqué aux dirigeants de Daewoo qu’ils pouvaient à présent installer leur base de vie et commencer les travaux puisque « le problème du litige est réglé ».

Il se trouve qu’à la lumière de notre enquête, ce problème de litige peut surgir à n’importe quel moment puisque le terrain devant abriter ce CHU appartiendrait même aux Habbous. Et si ce cas est avéré, le problème pourrait traîner encore plusieurs dizaines d’années.

La question de terre relevant des Habbous est souvent d’une grande complexité. Il y a un cas similaire chez les Ath-Djennadh, dans la commune de Timizart. Pour un terrain d’une superficie d’une dizaine d’ha environ, le problème dure depuis le début de la décennie I970.

Quelques familles prétendent que ce sont leurs propres terres et la zaouia de Sidi-Manssour le prétend aussi. Autrement dit, rien, absolument rien n’est encore joué concernant le terrain choisi pour abriter le nouveau CHU de Tizi-Ouzou. Toutefois, lors de la présentation de leur projet, les Coréens ont indiqué qu’il sera livré dans les délais fixés initialement, c’est-à-dire en 20I8.

L’optimisme ou cette sensation d’optimisme n’a regagné les cœurs et les esprits qu’au moment où le ministre a pris la parole dans la salle de réunion de la wilaya, et ce dans le cadre d’une séance de travail. Abdelmalek Boudiaf s’est montré grand orateur.

On l’aurait pris pour Cicéron, Georges Jacques Danton, Pierre Victurnien Vergniaud, Jacques Pierre Brissot, Georges Clemenceau, Jean Jaurès, Briand Aristide, Charles de Gaules et tant d’autres grands hommes qui ont su « jongler » le verbe pour vendre en fin du compte rien que du vent.

En effet, le ministre de la santé a affirmé tout de go que la carte sanitaire de Tizi-Ouzou est bien faite. Abdelmalek Boudiaf a également annoncé toute une panoplie de mesures que son département a arrêtées et compte mettre en application dans un avenir proche. Selon le détenteur du portefeuille ministériel de la santé, de la population et de la réforme hospitalière, le renouveau sera traduit par la formation des cadres de la santé, et ce à tous les paliers, la prise en charge du patient, la gestion des hôpitaux et la pensée même de la santé.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email