-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le ministère de l’Intérieur réagit à la marche des agents de la Protection civile

Le ministère de l’Intérieur réagit à la marche des agents de la Protection civile

Le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire appelle les agents de la Protection civile à renoncer à leur mouvement de protestation, le qualifiant de «violation inadmissible».

Après une marche inédite des agents de la Protection civile, qui les a conduits ce dimanche au siège de leur direction générale à Hydra, à Alger, les agents de la Protection civile sont sommés d’abandonner leur mouvement de protestation. Les sit-in organisés par les agents de la Protection civile, lesquels expriment des revendications socioprofessionnelles, sont qualifiés par le ministère de l’Intérieur de «violation inadmissible en leur qualité de corps constitué particulier», rappelant «les concernés par ce mouvement orchestré en leur qualité de corps constitué que ces comportements, qui portent atteinte à la sécurité et à la quiétude publiques, sont strictement inadmissibles».

Dans un communiqué rendu public ce dimanche, jour de la marche des agents de la Protection civile, le ministère de l’Intérieur a appelé les sapeurs-pompiers à «renoncer définitivement au mouvement», affirmant que «la tutelle observe le droit de prendre les mesures légales à cet effet». «Il a été enregistré un mouvement de protestation organisé par nombre d’agents de la Protection civile, contraire à la loi 02-90 relative à la prévention et au règlement des conflits collectifs de travail et à l’exercice du droit de grève, notamment l’article 43, ainsi qu’à l’article 23 du statut particulier des fonctionnaires relevant des corps de la Protection civile», est-il précisé.

Pour le département de l’Intérieur, ces actions de protestation ne sont pas innocentes. «Nourri par des parties servant des agendas hostiles à l’égard de l’Algérie, ce mouvement intervient au moment où la tutelle a procédé à l’examen des préoccupations socioprofessionnelles des affiliés de ce corps et à la prise en charge des revendications soulevées dans le cadre de la loi, comme affirmé par le Syndicat national des agents de la Protection civile publié le 29 avril 2021», a précisé le ministère de l’Intérieur dans son communiqué. La Direction générale de la Protection civile a, de son côté, réaffirmé que toutes les revendications de ses agents, inscrites dans le statut particulier et exprimées lors de sit-in de protestation, seront satisfaites dès l’examen des statuts.

«La majorité des revendications qui s’inscrivent dans le cadre du statut particulier des agents de la Protection civile seront traitées et satisfaites dès l’examen des statuts», a indiqué la DGPC dans un communiqué, précisant que «toutes les catégories de fonctionnaires du secteur seront associées à l’enrichissement du projet de révision du statut particulier du corps, en vue de satisfaire toutes les préoccupations soulevées».

Les agents de la Protection civile sont, rappelons-le, entrés dans un mouvement de protestation depuis le 18 avril passé. Des rassemblements ont été organisés devant leurs unités principales. Ils réclament notamment l’augmentation du salaire de base à 24 000 dinars, l’octroi de la prime de contagion et la revalorisation des points indiciaires. Les sapeurs-pompiers, qui ont clamé durant la marche «On ne s’arrêtera pas, on aura nos droits», ne comptent pas s’arrêter jusqu’à satisfaction de leurs revendications.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email