-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le méga-complexe de Relizane relancera l’industrie textile

Le méga-complexe de Relizane relancera l’industrie textile

En agonie depuis de longues années, le secteur textile en Algérie pourrait bien ressusciter après la filature du méga-projet textile de Relizane, selon le secrétaire général de la Fédération des textiles et des cuirs, Amar Takjout.

« L’usine entrera en production vers la fin de cette année, quelque 30 millions de mètres linéaires de tissu destiné à la confection de 12 millions de jeans par an, dont 60% des quantités destinées à l’exportation », a-t-il annoncé hier sur les ondes de la radio nationale Chaîne 3 dans l’émission « Invité de la rédaction ». 

Le syndicaliste de l’UGTA a ajouté que ce complexe industriel commencera à produire 12 millions d’articles de bonneterie, précisant que dans une première phase il emploiera 10 000 salariés un chiffre, dit-il, qui sera porté à plus de 25 000 à fin 2018.

« Interrogé sur le sort des quelque 400 entreprises textiles, publiques et privées, qui existaient par le passé, à travers le pays, l’hôte de la radio a assuré qu’elle sont « en pleine capacité de production », ajoutant qu’elles emploient un effectif total de 50 000 ouvriers. 

« Avec le projet de Relizane, assure-t-il, « on va aller vers une satisfaction de 10 à 15% du marché national ». Pour un investissement de 58 milliards de dinars, ce méga-complexe de textile, implanté à Relizane, s’étend sur une superficie de 250 hectares. 

Outre les infrastructures et le partenariat étranger, Takjout a estimé que la relance de la filière textile en Algérie reste tributaire de l’organisation en profondeur de l’économie, la réactivation des unions professionnelles par secteur ainsi que la redynamisation des activités des chambres de commerce. 

Au cours des 30 dernières années, la filière textile en Algérie, très dynamique en son temps, et employant une main-d’œuvre particulièrement importante, aura perdu près des trois-quarts de ses parts de marché au bénéfice de tissus et articles de confection importés de l’étranger, notamment de Chine.

La production actuelle du secteur ne représente que 0,15% du PIB national. Le secteur représente un marché important de 400 millions de dollars, comblé à 96% par des importations. En dépit de ce constat alarmant, le secrétaire général de la Fédération des textiles et des cuirs, Amar Takjout, croit toujours qu’il y a des possibilités pour relancer le secteur. Pour lui, le textile devrait occuper une place prépondérante au sein de l’économie nationale, car il s’agit d’un des plus grands secteurs pourvoyeurs d’emplois du fait qu’il soit lié à d’autres secteurs économiques tels l’agriculture et l’élevage.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email