-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le MDN : «La charte pour la réconciliation nationale toujours en vigueur»

Le MDN : «La charte pour la réconciliation nationale toujours en vigueur»

Promulguée après le référendum d’octobre 2015, la Charte pour la paix et la réconciliation nationale est toujours appliquée. Informant de la reddition du terroriste D. Farès, alias Abou Oussama, dans la wilaya de Jijel, le ministère de la Défense nationale (MDN) a lancé, dimanche, un appel aux autres terroristes « pour qu’ils saisissent l’opportunité de bénéficier des dispositions réglementaires en vigueur, à l’instar de ceux qui se sont rendus aux autorités sécuritaires ».

L’appel est lancé au moment où l’Armée nationale populaire enregistre un grand succès dans la lutte contre les terroristes, dont ceux qui ont fait allégeance à Daech, à l’image de Jound El-Khilafa, entièrement décimé par l’ANP.

Le souci de l’armée est de privilégier la reddition à l’élimination des terroristes. L’Algérie avait indiqué que 6 000 terroristes, principalement appartenant à ce qui était appelé l’Armée islamique du salut (AIS), s’étaient rendus pour bénéficier de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale.

L’application de la charte a été prolongée dans la durée pour permettre au maximum de terroristes de déposer les armes.
Se retrouvant en nombre très réduit suite à la Charte pour la paix et la réconciliation nationale, les terroristes ont créé le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), dont le premier « émir » était un certain Dichou.

Les terroristes avaient été bombardés par l’Armée nationale populaire. Le GSPC avait ainsi été presque anéanti en 2006 et son nouvel « émir », Abou Mossâab Abdelouadoud, avait alors fait allégeance à Oussama ben Laden et formé Al Qaida au Maghreb islamique (AQMI). 

Le but d’Abou Mossâab Abdelouadoud était d’obtenir de l’aide face à la défaite militaire. L’aide ne leur étant pas parvenue, des terroristes du GSPC ont tenté d’obtenir les faveurs de Daech en faisant allégeance à Abou Bakr El-Baghdadi. Ces terroristes n’ont, là encore, pas pu obtenir de l’aide, et ont donc continué à être combattus par l’Armée nationale populaire.

Aujourd’hui, les terroristes sont réduits à tenter d’échapper à l’Armée nationale populaire, et nombre d’entre eux sont empêchés de déposer les armes par leurs acolytes. Des repentis ont témoigné que dans les maquis, les terroristes sont surveillés pour qu’ils ne se rendent pas. Radio Coran, qui lance des programmes à leur intention, est interdite par l’« émir ».

C’est en direction des terroristes exprimant leur souhait de déposer les armes que le MDN lance un appel au repentir, précisant que la Charte pour la paix et la réconciliation nationale est toujours applicable.

Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a évoqué la charte lors de la présentation de son programme gouvernemental, dimanche dernier au Parlement, précisant son importance pour le pays. Le Premier ministre et le ministère de la Défense nationale ont choisi le même jour pour rappeler l’utilité de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email