-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le Maroc prend une raclée historique

Le Maroc prend une raclée historique

Le Comité des droits de l’homme de l’ONU vient de rendre ses observations finales concernant la situation des droits de l’homme au Maroc. Et les recommandations ne vont pas encore plaire au Palais royal qui redoute déjà un effet boomerang.

Le Comité se dit « préoccupé par les progrès limités sur la question relative à l’autodétermination du peuple du Sahara occidental ». Selon le comité, le Maroc « ne prend pas toutes les mesures nécessaires pour consulter le peuple du Sahara occidental sur l’exploitation des ressources naturelles au Sahara occidental ». L’affaire Alguerguerat continue d’intéresser les USA.

La conseillère politique de l’ambassade US chargée des droits de l’homme, Heather Chase, s’est rendue jeudi dernier à Laâyoune. Cette visite intervient au lendemain d’un appel américain au Conseil de sécurité pour mettre en place une Commission d’enquête sur la situation à Alguerguerat.

Cette visite intervient dans le cadre de la préparation du prochain rapport du Département d’Etat sur la situation des droits de l’homme dans le monde. La responsable américaine a rencontré les responsables du Polisario.

Le 18 octobre dernier lors du briefing de Christopher Ross, envoyé personnel du SG pour le Sahara occidental et de Kim Bolduc, chef de la MINURSO, l’ambassadrice américaine à l’ONU, Samantha Power a introduit une recommandation demandant au Conseil de sécurité de dépêcher une Commission d’enquête sur la situation à Alguerguerat, théâtre de tensions savamment orchestrées par le régime marocain.

La présidente de la Commission de l’Union africaine, Mme Zuma, a pris le relais pour demander que l’Assemblée générale de l’ONU examine le dossier. Dans sa missive à l’ONU, la présidente de l’UA a énuméré les « violations » commises par Rabat, pour ensuite exiger la « pleine fonctionnalité de la Minurso » et exhumer la vieille demande d’élargir le mandat de la mission onusienne à la surveillance des droits de l’homme au Sahara.

Lors de la dernière session du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’UA, le 28 octobre dernier un seul point a été inscrit à l’ordre du jour : le Sahara occidental.

Une réunion qui s’est soldée par une résolution condamnant l’expulsion par le Maroc, en mars 2016, d’environ 84 agents de la composante civile et politique de la Minurso, expulsion qualifiée par le CPS de « démarche qui menace la paix régionale, entrave les efforts régionaux et internationaux et gèle le processus de paix », et de « grave précédent ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email