-- -- -- / -- -- --
Monde

Le Maroc agacé les manœuvres «Toufane 2018»

Le Maroc agacé les manœuvres  «Toufane 2018»

La presse marocaine comme la diplomatie du même pays sont connues pour propager de gros mensonges et ensuite finir par les croire. De même qu’elles ne s’embarassent pas, toute honte bue, de scrupules pour travestir la réalité et ce au vu et au su de tout le monde, même de leur peuple.

Le pretexte du Hezbollah et de son aide militaire au Front Polisario, acheminée à travers le territoire national en est le parfait exemple. Le Maroc, via sa presse aux ordres du Makhzen, vient encore une fois de se signaler par un autre flagrant mensonge en tentant de mettre sur un même pied d’égalité les récentes manœuvres militaires de l’Armée nationale populaire baptisées « Toufane 2018 », et celles initiées il y a quelques semaines par les Forces armées marocaines conjointement avec l’Armée US. L’exercice combiné maroco-étasunien « African Lion 2018 » s’est déroulé du 16 au 29 avril dernier dans les régions d’Agadir, Tifnit, Tan-Tan, Tiznit, Ben Guérir et Kénitra. L’exercice a englobé des entraînements terrestres, aériens, aéroportés et une simulation tactique. En marge de cette édition 2018 de l’exercice African Lion, une manœuvre aéronavale dénommée « Lighthning HandShake » a été effectuée en Atlantique, au large des côtes marocaines. L’exercice « African Lion 2018 » et la manœuvre aéronavale « Lighthning HandShake » ont pour objectifs de consolider la formation, l’échange d’expérience et de savoir et de renforcer la coopération et la maîtrise opérationnelle entre les différentes composantes, selon le communiqué des FAR.

La presse marocaine a ironisé sur l’exercice de l’ANP en reprenant le titre de l’article du Jeune indépendant qui a qualifié ces manœuvres « de plus grandes manœuvres de l’armée algérienne depuis l’indépendance », pour tenter de les ridiculiser à travers des expressions pour le moins surprenantes et manquant visiblement d’éthique : « Passons sur l’intonation « biblique » de l’intitulé choisi à cet exercice ; passons sur les hyperboles qui ont accompagné cette parade : « les plus grandes manœuvres de l’armée algérienne depuis l’indépendance »… « De 10 000 à 12 000 soldats sont mobilisés sur une ligne couvrant l’ensemble de la frontière Nord avec le Maroc avec un climax à l’Ouest d’Oran », dégoupille menadefense.net, site proche de l’oligarchie militaire algérienne, sous ce titre : « Toufane 2018, un exercice de grande envergure ». A qui cherche à faire peur l’armée algérienne ? Ou plutôt, de qui a-t-elle peur pour organiser ce show qui tient moins d’une manœuvre de combat que d’une opération de communication ? Il paraît que cet exercice se voudrait une « riposte » à l’exercice combiné « African Lion », dont la 15e édition a pris fin vendredi dernier dans le sud marocain, et qui est co-organisé par le Maroc et les Etats-Unis, avec la participation de pays alliés d’Afrique, d’Europe, et du Moyen-Orient », tels sont les propos repris par la presse marocaine.

Or, et contrairement au Maroc qui effectue des manœuvres militaires avec l’aide logistique, technique et technologique de l’Armée US, l’ANP, elle, organise des exercices de même envergure sans l’aide de quelque pays que ce soit. Là est toute la différence entre l’ANP et les FAR. L’une s’appuie sur ses propres capacités humaines et techniques et l’autre à besoin de l’aide précieuse de la toute-puissante armée américaine. La différence est énorme. Et les Marocains font semblant de l’ignorer. Jusqu’à quand ?

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email