-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le marché des assurances stagne

Le marché des assurances stagne

Sensiblement impacté par la crise économique, le marché des assurances en Algérie connaît une situation de stagnation effarante. On fait état d’une légère augmentation évaluée à plus de 141 milliards de dinars en 2018, soit 1% en termes de chiffre d’affaires comparé à l’année 2017.

C’est du moins le chiffre avancé hier par le président-directeur général (PDG) de la compagnie Salama Assurances Algérie, Mohamed Benarbia, lors de la signature d’une convention-cadre avec l’Association nationale des commerçants et artisans (ANCA). Quant à la croissance notée par cette compagnie, estimée à 8%, M. Benarbia l’explique par le fait que cette dernière a gagné de nouvelles parts de marché grâce à ses produits « Takafoul », qui sont des prestations conformes à la charia, en plus de son réseau « très dynamique ». S’attardant sur certains détails, le même responsable a relevé que « le marché des assurances a noté une hausse de 2% dans la branche des assurances dommages, entre 2017 et 2018, contrairement aux assurances des personnes (produits vie), qui a chuté visiblement de 11% pendant la même période ». Il explique ce recul par la diminution notable dans le nombre des assurances voyages due au refus des visas. Faisant une rétrospective de l’activité des assurances dans le secteur privé en Algérie, l’interlocuteur a fait observer que Salama Assurances est classée en deuxième position avec 14%, après la CIAR en termes de chiffre d’affaires dans le segment assurance automobile, et qui représente un taux de plus de 80% du chiffre d’affaires global réalisé par les assureurs. Pour ce qui est de l’investissement de Salama Assurances, il a fait état d’un taux de 50%.

Il a, en outre, mis l’accent sur la qualité des services offerts par les différents points de vente de cette société, présente à travers tout le territoire national, notamment le volet lié aux délais d’indemnisation. Il affirmé, à ce propos, que le sinistre, une fois déclaré dans le système d’information, les délais d’indemnisation oscillent, en fonction de la nature des dommages déclarés, entre 10 jours et 6 mois. Cette opération, a-t-il tenu à clarifier, est soumise à des suivis et des contrôles au niveau de toutes les agences pour s’assurer de la performance des services et intervenir en cas de mauvaise gestion.

Par ailleurs, le PDG de Salama Assurances Algérie a fait savoir qu’ils se sont lancés en 2017 dans l’assurance des risques agricoles, et ce en mettant en place une panoplie de produits au profit des agriculteurs (toutes filières confondues) et des éleveurs de bétail. Il a précisé à ce titre que, depuis, une croissance de 50% a été notée, en attendant le développement effectif après la formation du personnel qualifié, en plus de la mise en place des réseaux y afférents.

Concernant le contenu de la convention conclue avec l’Association nationale des commerçants, le président de l’ANCA, Hadj Tahar Boulenouar, a indiqué qu’elle vise l’encouragement des opérateurs économiques, ayant des rapports avec cette organisation professionnelle, à assurer leurs marchandises et appareillage, d’autant que la culture de l’assurance fait défaut chez la plupart des commerçants et artisans (plus de 50%). De ce fait, Salama Assurances et l’ANCA envisagent de mener conjointement des campagnes de sensibilisation à l’intention des commerçants des divers créneaux pour se mettre à l’abri en cas de sinistre et protéger leur activité. Les membres de l’ANCA, en vertu de cette convention-cadre, pourront bénéficier d’assurances, toutes branches confondues, allant jusqu’à 70%.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email