Le Mali accuse la France d'armer les jihadistes et demande une réunion à l'ONU – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


MENASahel

Le Mali accuse la France d’armer les jihadistes et demande une réunion à l’ONU

Le Mali accuse la France d’armer les jihadistes et demande une réunion à l’ONU

Le Mali a demandé au Conseil de sécurité de l’ONU une réunion d’urgence, jeudi 18 août, pour faire cesser ce qu’il présente comme « les actes d’agression » de la France sous forme de violations de sa souveraineté, de soutien apporté selon lui aux groupes jihadistes et d’espionnage.

Le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies (ONU) a été saisi par le Mali, qui assure être en mesure de prouver que la France a armé et renseigné des groupes terroristes.

Cette saisine, datée du 16 août courant et signée par le chef de la diplomatie malienne Abdoulaye Diop, réclame la tenue d’une réunion d’urgence visant à faire un point sur la situation dans le pays.

Le gouvernement malien assure, à ce propos, « disposer de preuves et être prêt à les présenter au Conseil de sécurité ».
Le ministre malien y accuse la France : non seulement de violations de sa souveraineté et d’actes d’espionnage, mais aussi d’un soutien de Paris à des groupes terroristes islamistes.

«[Le Mali] se réserve le droit de faire usage de la légitime défense», conformément à la Charte des Nations unies, dans le cas où persisteraient les agissements français supposés ici dénoncés, affirme le ministre dans cette lettre datée du 15 août, qui marque le départ du Mali des derniers soldats français, après neuf ans de présence militaire sur place.

Mais le courrier d’Abdoulaye Diop ne s’arrête pas là. Le ministre des Affaires étrangères affirme détenir « des éléments qui indiqueraient que la France avait collecté des renseignements au Mali afin de les fournir à certains groupes terroristes » et aurait « livré des armes et des munitions à ces derniers ».

Ces accusations interviennent au lendemain du départ du Mali, des militaires français de l’opération Barkhane alors que la crise bat son plein entre Paris et Bamako.

Celle-ci a atteint son paroxysme en janvier dernier, après la décision du Mali, d’expulser l’ambassadeur français à Bamako, Joël Meyer, suite à des propos virulents du chef de la diplomatie française à l’égard des autorités maliennes.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email