-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le leader de la Ahmadiya en Algérie écope de 6 mois de prison

Le leader de la Ahmadiya en Algérie écope de 6 mois de prison

Le chef de la secte Ahmadiyya en Algérie, Mohamed Fali, a écopé de six mois de prison avec sursis, a annoncé son avocat à l’issue d’un verdict rendu hier par le tribunal de Mostaganem.

Selon l’avocat du prévenu, Me Salah Debbouz, il est reproché à Fali d’ « atteinte à l’Islam et de collecte illégale de fonds auprès des adeptes « de cette secte qui se dit suivre les traces du « dernier prophète de l’Islam (sic) », Mirza Ghulam Ahmad, un indien musulman qui vivait avant dans la partie occidentale de l’Inde, soit avant création du Pakistan en 1947.

Toujours selon son avocat qui prévoit sa « prochaine « libération, Mohamed Fali a déjà écopé de trois mois par contumace, le prévenu était « en fuite « lors d’une audience de première instance.

Entre temps, Fali a été arrêté à Ain Sefra, localité située à 650 kms au sud-ouest algérien. Dans cette foulée, pas moins de 286 « adeptes « ahmadis on été arrêtés et font partie, selon des chiffres concordants, d’une secte composée de plus de 2 000 membres.

L’avocat persiste est signe que ces arrestations ont été opérées « sans preuves « , autrement dit Me Salah Debbouz lreconnait implicitement que les enseignements de ce courant « religieux « , par ailleurs fortement soutenu par les ONG américaines des droits de l’homme (AI et HRW), ainsi que par les institutions transnationales telles l’Union européenne et le comité des droits de l’homme de l’ONU, est en porte-à-faux avec le message du sceau des prophètes, Mohamed Ibn Abdallah (QSSSL) qui a reçu les préceptes coraniques (dernier message monothéiste) sur une durée de 23 ans.

A savoir qu’à partir de 1889, Ahmad Mirza, un « agent des services secrets de Sa Gracieuse Majesté « , a du proclamer qu’ « Allah lui a confié la tâche de restaurer l’islam dans sa pureté « , et il se déclare « mujaddid (rénovateur), muhaddath (à qui Dieu parle), (l’interpellé) puis le Mahdi (guide).

L’ahmadisme est une secte qui tente de s’incruster dans la société algérienne, musulmane, sunnite et malékite, et bénéfice pour ce faire, d’un soutien tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.

Le but, selon les observateurs, est de « créer « une minorité « persécutée « , ce qui amènerait l’intervention et l’ingérence de puissances étrangères pour « fragiliser le pays d’Ibn Badis « . L’ahmadisme a ainsi été déclaré « non-musulman « par le parlement pakistanais en 1974, ainsi que par les grands muftis des républiques arabes et musulmanes.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email