-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le juge ordonne un complément d’information

Le juge ordonne un complément d’information

Le président du pôle judiciaire pour les affaires de corruption, M. Bensalem Abderrezak du tribunal de Sidi M’Hamed a ordonné, hier, un complément d’information dans l’affaire du l’ex-PDG de la Sonatrach Mohamed Meziane et l’ex- vice-président du groupe chargé des activités Amont.

Il a indiqué, dans le rendu de l’audience au tribunal de Sidi M’hamed d’Alger « qu’avant de trancher dans le fond, il faut effectuer une enquête complémentaire au niveau des sièges de Sonatrach, de la BEA, des douanes de Mostaganem, et de Schlumberger pour voir les documents d’importation des pièces de l’usine de stah ».

Lors du procès tenu le 8 avril dernier, une peine de cinq ans de prison ferme assortie d’une amende de 122 millions de dinars avait été requise par le ministère public contre Mohamed Meziane et Boumediene Belkacem, vice-président du groupe chargé des activités amont.

L’ex-PDG du groupe Sonatrach (sous contrôle judiciaire) avait comparu libre durant l’audience, alors que l’ex-vice-président amont de Sonatrach comparaissait en état de détention. Il est en détention depuis 2010. Sonatrach avait conclu en 2008 un marché avec le groupe français Schlumberger portant réalisation d’une raffinerie dans la région de Stah (Wilaya d’Adrar) d’une valeur de 126 millions de dollars, a indiqué le procureur de la République dans son réquisitoire.

Le même procureur a affirmé que sur les trois expertises établies sur ordre du juge d’instruction de la 9e chambre auprès du pôle judiciaire, deux ont conclu qu’il y avait bel et bien surfacturation des deux générateurs électriques.

Il a par ailleurs indiqué que les deux mis en cause étaient au courant de toutes les opérations liées à l’importation de ces équipements. M. Touidjini a tenu à préciser que le représentant de la société étrangère était clair dans son témoignage dans lequel il a estimé que le prix des deux générateurs était exorbitant. Lors de leur passage à la barre, les deux mis en cause ont nié toutes les accusations relatives, entre autre, à la violation du règlement régissant le transfert des capitaux de et vers l’étranger.

Appelé à la barre pour donner sa version des faits, l’ex-premier responsable de la Sonatrach a déclaré en direction du président du pôle judiciaire, à savoir M. Bensalem Abderzak : « Sur directives de l’ancien ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Khellil, j’ai donné mon accord quant à la conclusion du projet relatif à la réalisation d’une unité de raffinerie de pétrole dans la localité de Stah dans la wilaya d’Adrar. « C’est moi qui ai donné le OK pour Belkacem Boumediene pour la finalisation du projet avec la société Schlumberger que gérait un Egyptien ».

L’ex-boss de la Sonatrach a par ailleurs affirmé que toutes les opérations liées à la conclusion dudit projet « ont été approuvées par tous les membres du conseil d’administration pour la somme globale ». Mais il a par contre affirmé qu’il n’était pas à la tête du groupe le jour où les sommes des deux générateurs ont été transférées, pour la simple raison qu’il a été limogé une année auparavant par l’ancien ministre, Chakib Khellil.

De son côté l’ex-vice-président chargé des activités Amont, Belkacem Boumediene, a affirmé, au cours de son audition, avoir le pouvoir de signature des conclusions des projets et qu’il a signé une transaction de pas moins de 10 milliards de dollars pour le développement des champs pétroliers.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email