-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le Hirak maintient le cap

Le Hirak maintient le cap

Onzième vendredi consécutif de manifestation, dernier avant le ramadhan. La mobilisation est toujours très forte chez les manifestants qui affichent une détermination sans faille quant à la réalisation de leurs revendications..

L’acte 11 du mouvement populaire ressemble aux précédents, quoique comme la semaine passée, le nombre des manifestants, notamment dans la matinée, était réduit à Alger contrairement à d’autres wilayas comme Bordj Bou Arreridj, baptisée « capitale du Hirak », compte tenu de la mobilisation accrue. Une baisse à Alger que certains ont qualifiée de sensible, d’autant que durant deux mois, les manifestants se comptaient par millions. Interrogé, un manifestant estime que « ce n’est pas un manque de détermination mais les gens sont fatigués », avant de dire que « la non diversification des moyens de lutte ainsi que le manque de représentativité sont les raisons de la réduction du nombre des marcheurs ».

Néanmoins, après la prière du vendredi des milliers de personnes, organisées dans des carrés, ont commencé à affluer de plusieurs quartiers d’Alger pour rejoindre les places symboles du Hirak, à savoir la Grande poste et la place Audin, qui étaient noires de monde.

Pour ce rendez-vous hebdomadaire, les slogans n’ont pas manqué comme à l’accoutumée. « Tetnehaw gâa » (Vous allez tous partir), l’invariable slogan que les manifestants n’ont cessé de scander, était encore une fois clamé ce vendredi. Soucieux de préserver l’unité nationale, les manifestants entendent toujours obtenir le départ de tout le système et de ses figures. Pas question donc de revenir en arrière ou de céder. « Vous êtes condamnés à abdiquer », pouvait-on lire sur une pancarte brandie par un jeune homme, annonçant d’ores et déjà le boycott de l’élection présidentielle prévue pour le 4 juillet prochain. Désormais c’est du concret qui est réclamé. « On veut des actes, pas des paroles », pouvait-on lire sur une autre enseigne, une manière de dire qu’il ne suffit pas de promettre un changement et qu’il faut réunir tous les éléments nécessaires pour sa réalisation réelle et effective.

Autre fait marquant, les manifestants ont scandé des slogans hostiles au chef d’état-major de l’ANP, dénonçant « un double discours ». Comme pour garder le caractère pacifique des marches, qui est resté intact, les gilets oranges sur lesquels on pouvait lire « Silmiya » (Pacifique) se sont encore déployés pour éviter les affrontements avec les forces de l’ordre. Détermination et persévérance obligent, les marches du vendredi seront toujours maintenues durant le ramadhan.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email