-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le HCR parle de catastrophe et interpelle les bailleurs de fonds

Le  HCR parle de catastrophe et  interpelle les bailleurs de fonds

Le système des Nations-Unis en Algérie lance un appel de détresse à la communauté internationale et aux bailleurs de fonds pour aider les réfugiés sahraouis qui traversent une situation humanitaire pénible suite aux pluies torrentielles qui ont se sont abattus, le 16 novembre dernier sur les camps des réfugiés situés dans le sud-ouest algérien.

Le représentant du Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, Hamid Bukhari, a même parlé de « catastrophe humanitaire », lors d’une conférence de presse au siège des Nations Unis à Alger, organisée conjointement avec la représentante de l’OMS, le présentant de l’Unicef et celui du PAM (programme alimentaire mondiale). 

La représentante de l’OMS a averti qu’il y a un risque sanitaire qui pèse sur le camp des réfugiés notamment les populations vulnérables telles les enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées.
Elle a évoqués notamment les risques des MTH et les maladies respiratoires.

De son côté, le représentant du PAM a prévenu le risque d’épuisement des vivres en affirmant que la PAM a puisé dans son stock de réserve déjà très limité pour pourvoir 85 000 rations alimentaires d’urgences. Selon lui, cette quantité couvre moins d’une semaine des besoins alimentaires des réfugiés dont la vulnérabilité s’est accentuée suite aux pluies diluviennes.

« Suite à ses distributions d’urgences, les stocks du PAM sont à présent quasiment épuisé », a-t-il regretté, en alertant l’opinion publique qu’on l’absence d’aide humanitaires et de fonds les réfugiés risquent de se retrouver sans nourriture pour les trois prochains mois d’hiver.

Le même cri de détresse a été lancé par le représentant de l’Unicef, qui a lancé à son tour un appel aux bailleurs de fonds et à la communauté internationale pour se mobiliser afin de répondre aux besoins urgents de réfugiés sahraoui en provisions d’abris, et de nourriture mais également pour les aider à accéder aux soins et à l’éducation. En plus de la nourriture, des fournitures scolaires, de matériels de santé et de médicament, le représentant de l’Unicef a affirmé que son organisation aura besoins de fonds pour financer la reconstruction des structures détruites.

Il a rappelé qu’il s’agit du plus grand camp de réfugiés après celui des palestiniens. Interrogé sur le rôle de l’ONU qui devrait presser l’occupant marocain de se retirer des territoires occupés, le représentant du HCR a affirmé que les instances de l’ONU ont une mission humanitaire qui impose la neutralité et l’impartialité mais qu’il existe toute une instance qui œuvre sur le plan politique. 

Il a évoqué l’émissaire des de l’ONU au Sahara occidental Christopher Ross qui s’est rendu sur place pour constater la précarité des réfugiés sahraoui et l’impact de la politique sur le plan humanitaire, de faire l’écho auprès des instances internationales afin de faire avancer les choses sur le plan politique.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email