-- -- -- / -- -- --
Nationale

Fiat Algérie produira 90 000 véhicules par an 

Fiat Algérie produira 90 000 véhicules par an 

Nouvelle étape dans l’industrie automobile. Le groupe STELLANTIS (Groupe automobile multinational franco-italo-américain), a signé le nouveau cahier des charges relatif à la construction automobile en Algérie. 60 000 véhicules seront produits annuellement à partir de la première année, et la production atteindra 90 000 véhicules par an. 

Le constructeur italien s‘installe officiellement en Algérie. Les premiers véhicules FIAT made in Algeria devraient être disponibles à la fin de 2023. Le groupe STELLANTIS, qui a signé ce mardi le nouveau cahier des charges, a également signé une convention avec l’Agence algérienne de promotion de l’investissement (AAPI), en application de l’accord-cadre signé, au mois d’octobre dernier, portant lancement du projet de construction automobile en Algérie de la marque italienne FIAT, filiale du groupe. 

Et c’est le directeur général de l’AAPI, Omar Rekkach, et le représentant du groupe STELLANTIS, Boutahra Hakim, qui ont procédé à la signature de cette convention, en présence du ministre de l’Industrie, Ahmed Zaghdar, et du directeur exécutif des opérations Afrique et Moyen-Orient du groupe, Samir Chorfan. « Cette convention vient couronner la promulgation du décret exécutif n° 22-384 du 17 novembre 2022 fixant les conditions et les modalités d’exercice de l’activité de construction de véhicules », a indiqué le communiqué conjoint du ministère de l’Industrie et du groupe STELLANTIS, affirmant que « la convention est une étape majeure dans ce projet, qui traduit les relations bilatérales privilégiées ainsi que la volonté des présidents des deux pays ».

De son côté, le ministre de l’Industrie a relevé l’engagement du Groupe STELLANTIS quant au projet FIAT, qui représente une opportunité pour développer et diversifier la filière automobile en Algérie. Offrir aux consommateurs algériens des solutions de déplacement modernes et durables, à des prix abordables, est l’objectif visé, selon le directeur exécutif des opérations Afrique et Moyen-Orient du groupe. 

Rappelons que la convention-cadre portant développement de l’industrie automobile et la construction de véhicules de la marque italienne a été signée par le ministère de l’Industrie et le groupe italien de construction automobile FIAT le 13 octobre dernier. 

Et c’est dans la commune de Tafraoui, dans la wilaya d’Oran, que l’usine automobile FIAT sera implantée sur une assiette foncière de 40 ha et une autre adjacente sur une superficie de 80 ha, consacrée aux fournisseurs locaux et aux entreprises sous-traitantes, pour développer un véritable écosystème à travers un plan d’intégration local, et ce dans le cadre d’un plan visant à améliorer le savoir-faire des acteurs existants en Algérie et à trouver de nouveaux acteurs pour réaliser les moyennes d’intégration requises dans le cahier des charges.

Pour ce qui est des capacités de production, l’usine devrait produire 60 000 véhicules par an, à partir de la première année, et atteindra 90 000 véhicules par an, a-t-on précisé, sachant que le groupe ambitionne d’atteindre une capacité de production d’un million de véhicules/an d’ici à 2030 dans la région Afrique et Moyen-Orient. 

En sus de relancer l’industrie automobile locale, l’Algérie a aussi autorisé le retour de l’importation des véhicules de moins de trois ans, tant attendue par la population. Si les véhicules diesel ne sont pas autorisés à l’importation, les autorités encouragent l’importation des véhicules hybrides à utilisation mixte essence et électrique, et ce à travers les avantages fiscaux accordés. En effet, jusqu’à 80 % d’exonérations des taxes douanières sont prévues dans le cadre de la loi de finances 2023 pour le modèle électrique et 50% pour les modèles hybrides. 

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email