-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le groupe PT à l’APN revendique le départ de Bouchouareb

Le groupe PT à l’APN revendique le départ de Bouchouareb

« C’est honteux et scandaleux qu’un ministre de la république, en l’occurrence Abdesslam Bouchouareb, ministre de l’Industrie, programmé pour répondre à une question d’intérêt nationale concernant l’emploi et l’économie nationale n’a pas daigné d’être présent dans l’hémicycle de l’APN », nous a déclaré hier Smain Kouadria, député de Guelma sur la liste du PT, avant de poursuivre « pourtant la question lui a été envoyé il y a environ 10 mois avant de décider de répondre pour jeudi dernier ». 

La question du député de Guelma est : le gouvernement préfère-t-il de continuer à promouvoir la politique de l’importation de levures dont la facture s’élève à 130 millions de dollars/an au lieu d’un investissement de 30 millions de dollars pour permettre en service le complexe de Bouchegouf-Guelma et Oued-Smar Alger et réduire à néant la facture d’importation en devises, et encore dans le même ordre d’idée « le gouvernement va-t-il protéger la production nationale ou protéger les lobbies de l’import-export ».

Selon le parlementaire du PT, cette question orale a pour but d’interpeller le gouvernement pour la mise en œuvre des dispositions qui ont été prises pour relancer l’activité de production de levures en Algérie où tout un travail d’étude et de réflexion a été engagé le mois de Mai 2011 au niveau de la SGP(société de gestion des participations) CEGRO chargée des industries des céréales ainsi que le ministère pour la perspective de remettre en marche les usines des levures de Bouchegouf-Guelma et Oued Smar-Alger.

Smain Kouadria trouve « inconcevable que l’Algérie continue d’enregistrer “ zéro production” de levures et que la facture d’importation des levures a atteint 130 millions d’Euros en 2013. Pour rappel le complexe de levures de Bouchegouf relevant du groupe Smide de Constantine a été fermé définitivement en 2009 dispose d’une capacité de production de 5600 tonnes/an de levure fraîche et 1600 tonnes/an de levure sèche et faisait travailler environ 300 salariés ».

Pour le député de Guelma « les solutions existent puis qu’un un groupe d’ éminents chercheurs et universitaires de l’Institut de recherche en agronomie INRA de Touggourt de l’Université de Ouargla, et en étroite collaboration avec des producteurs de dattes du sud-est du pays et des dirigeants d’Eriad ont finalisés un important projet de production de levure, à partir de la datte à faible valeur marchande(les variétés de dattes boudées pour leur faible rentabilité commerciale) »

Sur cette optique l’Algérie produit plus de 500 000 Tonnes de dattes par an dont 5 à 10% ont une faible valeur marchande qui peuvent être transformé en mélasse de dattes, du sirop de dattes, et du vinaigre en début de processus et ainsi les usines de Bouchegouf et Oued Smar pourrait produire de la levure et « il suffit, explique le parlementaire, d’un investissement en ajoutant des équipement de transformation en amont du process technologique ».

Il faut noter que 5%de la production de datte a faible rentabilité commerciale représente 25000 tonnes. Il faut noter qu’ avant la fermeture définitive des deux complexes de levures(Bouchegouf et Oued Samar) Eriad(devenue groupe SMIDE) a importée plus de 45000 tonnes de mélasse de canne à sucre d’Egypte par l’ intermédiaire du Trader J-Lion qui faisait des achats auprès du fournisseur Delta Sugar (consortium Egyptien) au prix de 111,5 $ la tonne pour la revente par la suite à l’Algérie à 170$ la tonne.

Et de s’interroger : Qui détient le monopole de l’importation pour 130 millions de dollars par an de levure qui est un produit aussi stratégique que la farine pour la fabrication du pain ? Qui détient le monopole de l’importation du sucre blanc raffiné ? Qui détient le monopole de l’importation de l’huile brut ? 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email