-- -- -- / -- -- --
Monde

Le groupe pro-Qaïda, Al Nosra, revendique

Le groupe pro-Qaïda, Al Nosra, revendique

Le groupe terroriste Front al-Nosra, récemment rebaptisé Front Fatah al-Cham, a revendiqué l’assassinat de l’ambassadeur russe survenu le 19 décembre à Ankara. Cette information provient d’un document diffusé par le Front Fatah al-Cham sur Internet.

Le Front Fatah al-Cham fait partie de la coalition terroriste « Armée de la Conquête » ou « Jaish al Fatah », formée le 24 mars 2015, qui rassemble plusieurs groupements terroristes syriens actifs dans tout le gouvernorat d’Idleb et dans certaines parties des gouvernorats de Hama, Lattaquié et Alep.

Un homme armé a tiré le 19 décembre dans le dos de l’ambassadeur russe en Turquie Andreï Karlov alors que ce dernier visitait une exposition photo baptisée « La Russie vue par les Turcs » à Ankara.

Selon les témoins, avant d’attaquer l’ambassadeur, l’assaillant, pour impliquer injustement l’Islam dans ces actes abjects, a crié « Allahou Akbar » et évoque une « vengeance pour Alep ».

Selon le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, le meurtre d’Andreï Karlov avait des motifs politiques et visait à miner les relations russo-turques. Le Kremlin est lui aussi persuadé que l’assaillant cherchait à enfoncer un coin entre Moscou et Ankara. L’agresseur, né en 1994, s’appelait Mevlüt Mert Altıntaş et était membre d’une unité spéciale de la police. Il a été éliminé au cours d’une opération policière lancée suite à l’attaque.

Selon un chroniqueur du journal Hürriyet, le jeune policier, qui servait à Ankara dans les forces anti-émeutes depuis deux ans et demi, a été membre du dispositif de sécurité entourant le président Erdogan à huit reprises depuis le putsch manqué en juillet.

« Il était membre de l’équipe assurant la sécurité du président juste derrière les gardes du corps », écrit Abdulkadir Selvi, un journaliste proche du pouvoir, dont il connaît bien les arcanes.

Malgré ces déclarations qui semblent lier l’assassinat à la situation en Syrie, le chef de la diplomatie turque a affirmé à son homologue américain que Moscou et Ankara « savent » que le réseau du prédicateur Fethullah Gülen est « derrière » le meurtre.

Selon l’agence de presse progouvernementale Anadolu, qui cite des sources diplomatiques, Mevlüt Cavusoglu a affirmé à John Kerry que « la Turquie et la Russie savent que derrière l’attaque (…) il y a FETO », acronyme désignant le réseau de M. Gülen. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email