-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le groupe Glee Club séduit Tizi Ouzou

Le groupe Glee Club séduit Tizi Ouzou

Dans le cadre des échanges culturels entre l’Algérie et les Etats-Unis d’Amérique, les musiciens de Glee Club de the Morehouse College (université d’Atlanta – Georgie – Etats-Unis) ont animé, mercredi dernier en milieu d’après-midi, au grand bonheur des mélomanes de la capitale du Djurdjura, un grand concert de musique.

La délégation américaine à Tizi Ouzou a été conduite par l’ambassadeur adjoint américain, Laurence Randolph. Les hôtes de la capitale du Djurdjura, qui étaient arrivés dans la matinée, ont d’abord visité l’ancienne maison de l’Artisanat avant de rejoindre la nouvelle maison de l’Artisanat, où ils y ont découvert les richesses artisanales algériennes avant de prendre la direction du village Azemour-Meriem.

Dans un point de presse, le chef de la délégation américaine a reconnu la richesse du produit artisanal national et le produit du terroir, culinaire notamment. « Nous avons beaucoup apprécié le couscous », a souligné Laurence Randolph.

Sur un autre plan, l’ambassadeur adjoint américain en poste à Alger a déclaré que, dans le cadre des échanges culturels, les responsables de The Morehouse College signeront « demain (jeudi dernier, ndlr) à Alger une convention avec leurs homologues algériens de l’Institut national supérieur de musique, laquelle portera sur la formation des étudiants en musique, aussi bien du côté américain que du côté algérien ».

Selon ce diplomate américain, il s’agira d’enseigner la musique algérienne aux Etats-Unis par des professeurs et cadres algériens, et, l’arrivée d’enseignants américains en Algérie avec pour mission d’enseigner aux Algériens la musique américaine. Laurence Randolph a assuré que la formation et les échanges porteront également sur le travail bureautique et autres volets portant sur la gestion.

S’agissant des étudiants devant ou ayant déjà rejoint le sol américain pour recevoir une formation, le diplomate américain a reconnu que leur niveau de maîtrise de l’anglais et des autres filières enseignées dans les universités est très appréciable.

Pour sa part, le directeur de l’Institut national supérieur de musique, Abdelkader Bouazzara, a, dans un point de presse, mis un accent particulier sur l’avenir prometteur de la musique algérienne. En effet, avec la signature de cette convention algéro-américaine, il sera désormais possible de la faire découvrir dans cet espace outre-Atlantique. « Nous comptons bien envoyer des professeurs de musique algériens là-bas aux Etats-Unis pour enseigner nos genres musicaux nationaux ». « Nos concitoyens, poursuit Abdelkader Bouazzara, auront également le privilège de découvrir et d’apprendre la musique américaine puisque des spécialistes américains en la matière se chargeront de cette mission ici en Algérie ».

La directrice de la culture de la wilaya, Nabila Goumeziane, a dit en ce qui la concerne, que notre culture nationale entamera un grand virage dans le sens même de sa vulgarisation à l’échelle mondiale.

S’agissant plus précisément de musique, les musiciens de la wilaya de Tizi Ouzou auront également un rôle à jouer, et ce aussi bien en faisant valoir notre richesse musicale en Amérique qu’à travers la découverte et la vulgarisation de la musique américaine dans les espaces nationaux, notamment à Tizi Ouzou.

Notons enfin que le concert donné, mercredi dernier dans l’espace de la grande salle des spectacles du Théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi Ouzou par l’orchestre de The Morehouse, a grandement séduit le public. Les chansons interprétées en chœur par les étudiants américains font partie du genre classique. Le seul et unique instrument de musique ayant accompagné les membres de la chorale, tous des garçons, dans leurs divers chants était le piano. Les chants étaient bien rythmés et bien tendres. Au retour, la salle archicomble a acclamé longuement la chorale à chaque fin de morceau joué et chanté.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email