-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le groupe GICA se lance dans la production du ciment pétrolier

Le groupe GICA se lance dans la production du ciment pétrolier

Le groupe public de ciment (GICA) est en phase de certification de sa production en ciment pétrolier en prévision du lancement, pour la première fois en Algérie, de la fabrication de ce type de matériau.

Une quantité produite a déjà été testée sur un puits pétrolier, suite à laquelle le cimentier public a reçu des attestations de conformité de laboratoires de recherches étrangers qui travaillent avec Sonatrach, a annoncé son PDG, Rabah Guessoum, dans une déclaration à l’APS.

Ce groupe public avait signé en 2015 un protocole d’accord avec le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique pour pouvoir identifier, avec la collaboration de Sonatrach, les caractéristiques techniques de ce ciment qui est totalement importé par le secteur pétrolier.

Sous forme d’échantillon, 300 tonnes de ce ciment ont été produites en novembre dernier avant d’être remises à Sonatrach pour opérer des tests.

« Cette quantité a été testée sur un puits pétrolier et les résultats sont très satisfaisants. Nous avons reçu des attestations de conformité de laboratoires de recherches étrangers qui travaillent avec Sonatrach », affirme le premier responsable de GICA.

GICA compte satisfaire la totalité de la demande

A l’issue de cette phase, ce cimentier public est passé à celle de la certification avant de lancer prochainement sa production régulière au niveau de ses unités de production, sachant que la demande nationale est de 300 000 tonnes par an. Estimant que ce groupe dispose des capacités pour répondre à toute la demande nationale en ciment pétrolier, le patron de GICA a fait savoir que ce matériau spécifique sera produit par une des lignes de la cimenterie d’Aïn El Kebira (Sétif) pour en fournir à Sonatrach, comme il sera également proposé aux sociétés pétrolières étrangères activant en Algérie.

Quant à l’ambition de l’Algérie d’atteindre une autosuffisance en ciment toutes catégories confondues dès 2017, le même responsable considère que c’est un objectif réalisable avec les capacités de production des secteurs public et privé. GICA a augmenté sa production de 4% en atteignant près de 10,2 millions de tonnes (Mt) à fin octobre 2016 contre 9,8 Mt l’année d’avant.

Sur l’année 2015, la production de ciment par le groupe public s’était établie à 12,1 Mt pour une capacité installée de 11,5 Mt. Selon les estimations de son PDG, les douze cimenteries du groupe GICA devraient clôturer l’année 2016 avec une production supérieure à 12,1 Mt. 

Cependant, le groupe n’a pas réalisé de nouvelles usines en 2016 mais a investi un montant de 88,3 milliards dinars pour la réalisation de nouvelles lignes de production dans les usines existantes, ainsi que dans leur maintenance et entretien. « GICA a investi pour optimiser ses capacités déjà installées grâce aux nouvelles technologies d’exploitation », a-t-il expliqué.

GICA table sur une production de 13,2 Mt en 2017

Concernant ses prévisions pour 2017, le PDG de GICA table sur une production de 13,2 Mt grâce à l’entrée en production de la deuxième ligne de la cimenterie d’Aïn El Kebira. S’agissant de ses projets de cimenteries de Béchar (1 Mt) et d’Oum El Bouaghi (2 Mt) dont les contrats ont déjà été signés et les travaux de réalisation entamés, elles seront réceptionnées dès fin 2018 pour entrer en production au début de 2019.

Quant aux extensions qui ont concerné la cimenterie d’Aïn El Kebira, il a assuré que les travaux de la nouvelle ligne de production sont achevés, ce qui lui permettra de tripler son volume de production pour passer d’un (1) MT actuellement à 3 MT d’ici le début de 2017.

A propos de la cimenterie de Zahana (Mascara), elle sera également dotée d’une nouvelle ligne de production de 1,5 MT, actuellement en cours d’installation, et qui devrait être réceptionnée fin 2018. Celle de Chlef devra doubler en passant de 2 à 4 MT annuellement, précise le premier responsable.

Ainsi, les capacités de production du groupe devraient atteindre les 20 Mt d’ici à 2019 contre 12 Mt actuellement. La combinaison de ces capacités de production avec celles du secteur privé devrait permettre d’atteindre 25 Mt de ciment en 2017 pour une demande nationale de 24,5 Mt.

Actuellement, l’Algérie dispose de 14 cimenteries publiques et privées d’une capacité de production globale de près de 19,5 MT/an, alors que la demande est de 24,5 MT annuellement, soit un déficit de 5 MT qui est comblé par les importations.

Mais l’autre défi à relever est celui de la diversification de l’offre, selon Guessoum qui fait savoir que le groupe a entrepris une étude du marché pour identifier minutieusement tous les types de ciments demandés pour les produire localement, sachant que la plupart des cimenteries du pays fabriquent actuellement un seul type appelé « ciment 42,5 », alors qu’il en existe 27 types à travers le monde. Interrogé sur les prix de vente du ciment, le même responsable relève que ceux appliqués par GICA sont maintenus au même niveau, et ce, même si sur le marché certains opérateurs privés ont augmenté les leurs de 20%.

« GICA est un opérateur public. Il doit être le régulateur du marché, donc les prix sont maintenus. Et nous veillons à baisser les charges pour une production à moindre coût afin de ne pas pénaliser le consommateur », a-t-il assuré. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email