-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le gouvernement Sellal : Confusion et cacophonie au sein de l’exécutif

Le gouvernement Sellal : Confusion et cacophonie au sein de l’exécutif

Le ministre de la Justice, Tayeb Louh, s’est refusé hier à tout commentaire sur la lettre du général Toufik alors que le ministre de la Communication n’a ps hésité à la commenter et de dénoncer même les termes employés dans cette missive.

Interrogé sur cette sortie médiatique inédite de l’ex-patron du DRS, Tayeb Louh a été catégorique en rappelant qu’il ‘est un homme de loi qui la respecte » suggérant par là que celui qui enfreint cette règle se met automatiquement en violation de la loi.

Outre la confusion que ces deux déclarations provoquent, elles interpellent sur la performance du gouvernement actuel au niveau communicationnel, surtout que ce n’est pas de la première fois que des membres du gouvernement font des déclarations contradictoires.

Le gouvernement Sellal vient de s’illustrer par son manque de cohésion, bien que beaucoup estiment que les divergences sont un signe de bonne santé. Les saillies sont dans la presse et sont assumées. Cette cacophonie ministérielle persistante observée depuis longtemps-les exemples sont légion- démontre une fois de plus l’urgence de la nomination d’un porte-parole, seul habilité à commenter les actes ou les décisions du gouvernement.

Pour les sujets sensibles, la présidence de la République est la seule institution à communiquer à travers ses propres canevas. Or dans le cas d’espèce, l’absence de l’un et de l’autre ajoute à la confusion générale.

Les décisions prises par certains membres du gouvernement ces derniers temps laissent entrevoir un dysfonctionnement au sein de l’équipe de Sellal. Certaines d’entre elles sont annoncées par quelques ministres concernant leurs départements respectifs, avant d’être remises en cause par le Premier ministre.

Certains ministres n’observent pas toujours la procédure requise avant la prise de certaines décisions, ce qui pousse le Premier ministre à intervenir. Dernier épisode en date : le limogeage par la ministre des TIC, Mme Feraoun Houda, du DG de Mobilis Sâad Dama. Le ministre du Tourisme, Amar Ghoul, vient de dissoudre sur-le-champ le conseil d’administration d’un hôtel étatique coupable à ses yeux de n’avoir pas encore entame les travaux de rénovation.

Le ministre de l’Industrie a également licencié le patron de Saidal, Boumediene Derkaoui, alors que ce dernier entamait une visite de travail. On indique que son départ est lié à son refus d’intégrer une société française dans un contrat déjà passé avec une firme danoise.

De même, la cohésion du gouvernement est volontairement brisée. Beaucoup estiment qu’il appartient donc à Sellal de mettre un terme à ce flou qui ouvre la porte à diverses interprétations de la part de l’opposition et des médias, y compris étrangers.

Du côté de l’opposition, on estime que cela est dû, non seulement à l’absence de conseils de ministres, mais aussi à la nature d’une équipe gouvernementale sans vision commune.

C’est comme si, malheureusement, la synchronisation qui marque généralement toute équipe gouvernementale reste inopérante au sein de celle du Premier ministre, dont les collaborateurs agissent comme bon leur semble. Au milieu de cette cacophonie, le gouvernement actuel se montre dispersé. Ce qui pose un problème d’identification et de crédibilité du discours gouvernemental.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email