-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le gouvernement rassure la disponibilité des produits alimentaires durant le ramadhan

Le gouvernement rassure la disponibilité des produits alimentaires durant le ramadhan

A quelques semaines du ramadhan, les stocks stratégiques des produits alimentaires ont été renforcés et leur disponibilité sera assurée durant la crise sanitaire que traverse le pays.

C’est ce qu’a affirmé le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Cherif Omari lors de son intervention hier sur les ondes de la Chaîne 3 de la radio nationale, rassurant les consommateurs qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter sur la stabilité des marchés.

« Les stocks stratégiques des produits alimentaires ont été renforcés à même de garantir l’approvisionnement de la population, notamment en produits de première nécessité, à l’instar des semoules, de la pomme de terre ou encore des fruits et légumes », déclaré le ministre, ajoutant qu’il n’y a pas lieu donc de s’affoler ni de se ravitailler avec frénésie en denrées alimentaires et tous les produits seront disponibles durant le mois de ramadhan.

M. Omari a fait savoir que l’Etat intervient à travers les précautions prises préalablement en vue renforcer les capacités d’emmagasinement au niveau des Offices des céréales, particulièrement de blé dur, de blé tendre et d’orge, ainsi que de la poudre de lait. D’autres produits agricoles tels l’oignon, l’ail et la pomme de terre, mentionne-t-il, sont concernés également par la batterie de mesures prises par l’Etat pour faire face à toute pénurie.

L’invité de la rédaction s’est voulu « très rassurant » en informant l’opinion publique que la saison de moisson-battage de cette année s’annonce déjà « très prometteuse », annonçant dans ce sillage le lancement de la première campagne de moisson de blé dur la semaine prochaine, à Adrar. Concernant les quantités prévues, le ministre a fait observer qu’elles seront « importantes », sans pour autant avancer des chiffres sur le volume desdites quantités. Selon ses estimations, les quantités attendues cette année seront équivalentes à celles de l’année passée. A ce titre, le ministre ajoute que les dispositions de facilitation ont été mises en place ainsi que les dispositifs tendant à renforcer les capacités de stockage , citant à titre d’exemple la réception au mois de novembre passé des silos stratégiques existants à l’échelle nationale. Il a fait référence dans ce sens à plusieurs projets qu’il a supervisés dans les wilayas de Ghardaïa, d’Adrar, de Ouargla et d’Oued Souf, où il a donné des instructions aux offices relevant de son secteur pour développer les cultures et les capacités de stockage. Aussi, l’intervenant a relevé que ses services misent sur une augmentation de la maîtrise de certaines cultures dans ces zones via l’accompagnement technique au profit des investisseurs et des agriculteurs.

Sur la question du stress hydrique qu’a le pays durant les trois derniers mois, le ministre en rajoute une couche à ses assurances et estime que « les dernières précipitations sont tombées à point nommé et que « les cultures se portent très bien, notamment dans les régions est et centre ». Il a signalé toutefois quelques soucis en termes d’irrigation rencontrés dans la région du sud-ouest du pays. S’inscrivant dans une logique toujours « rassurante », ila expliqué que des mesures pour pallier ces déficits ont été engagées par le Gouvernement. Il a par ailleurs rappelé la politique du Gouvernement visant à investir de manière « rationnelle et intelligente » dans les zones

des Hauts Plateaux et à conquérir certaines zones dans le Sud, soulignant dans le même temps la préservation des programmes de semences locales en céréales et la consolidation des capacités d’irrigation d’appoint . L’on se projette, poursuit-il, à développer ces variétés de semences de céréales autochtones rustiques et se caractérisant par une grande capacité d’adaptation.

Concernant la semence des produits maraîchers, le ministre a fait savoir que trois quarts de la semence de pomme de terre sont assurés localement, ajoutant que le développement de la semence de base sera attaqué à travers les fermes pilotes et tout un programme prévu par le ministère de l’Agriculture dans le but d’atteindre une autonomie en la matière.

Cela étant dit, le consommateur doit faire preuve de conscience et rationaliser ses habitudes de consommation, car son comportement dans les commerces est pour la transformation de la crise sanitaire en une crise alimentaire.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email