-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le gang d’escrocs dirigé par une femme au cachot

Le gang d’escrocs dirigé par une femme au cachot

Un dangereux réseau de faux et usage de faux qui agissait au nom de l’OPGI (Office de promotion et de gestion immobilière) et conduit par une femme escroc et ses deux complices, a été mis hors d’état de nuire mardi soir par les gendarmes de la brigade de Jolie-Vue (Chéraga), a indiqué ce mercredi un communiqué de la Cellule de communication de la Gendarmerie d’Alger. Selon le Groupement territorial de la Gendarmerie , le réseau a été démantelé suite à une enquête approfondie qui a débuté il y a quelques jours suite à une plainte déposée par l’une des nombreuses victimes qui, selon ses propos, a été escroquée par une femme et ses deux complices qui lui ont subtilisé 550 millions de centimes dans le cadre d’un faux projet de réalisation de logements promotionnels à Alger.
Les gendarmes ont recensé jusqu’à présent huit victimes à Alger, Tizi Ouzou et Tipasa et d’autres wilayas, qui ont versé au total six milliards de centimes pour de faux logements promotionnels à Alger. Le « butin » a été partagé entre la femme et ses deux complices.
L’enquête entamée par les gendarmes a ciblé la femme mais, au fil des investigations, ils ont compris qu’il s’agissait d’une grosse affaire d’escroquerie orchestrée par un dangereux réseau en activité à Alger et ses environs.
Après avoir localisé et identifié les trois escrocs, les enquêteurs leur ont tendu une souricière dans laquelle ils sont tous tombés, explique le communiqué de la Gendarmerie d’Alger.
L’enquête a prouvé que le réseau a escroqué plusieurs victimes et qu’il était l’auteur de nombreuses affaires de fraude faisant miroiter l’existence d’appartements de luxe dans le cadre de l’achèvement de la procédure de vente de logements promotionnels appartenant à l’OPGI, en fournissant des documents administratifs falsifiés et estampillés avec de faux timbres de l’OPGI. Quant à la femme escroc, qui chapeautait le réseau, pour convaincre ses victimes, elle prétendait être chef de département d’une branche de l’OPGI, souligne le communiqué de la Gendarmerie d’Alger. En tout, le réseau a subtilisé six milliards de centimes à ses victimes à partir de faux documents administratifs. Selon la Gendarmerie, le nombre des victimes qui actuellement est de huit, va s’alourdir car d’autres seront comptabilisées dans les prochains jours ou semaines. Par ailleurs, les perquisitions des domiciles des trois escrocs ont permis de saisir 170 millions de centimes (l’argent des victimes), tandis que plusieurs faux documents administratifs et officiels ont été récupérés, et également de faux sceaux de l’OPGI, poursuit le même communiqué. Les mis en cause ont été présentés ce mercredi aux instances judiciaires pour création d’un réseau de faux et usage de faux et usurpation de fonction, conclut la Gendarmerie nationale d’Alger.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email