-- -- -- / -- -- --
Monde

Le Front Polisario exprime son inquiétude à la Commission européenne

Le Front Polisario exprime son inquiétude à la Commission européenne

Le Front Polisario a exprimé sa « profonde préoccupation » au sujet des négociations en cours entre l’UE et le Maroc, visant à inclure les produits issus du Sahara occidental occupé dans leurs accords commerciaux sans le consentement du peuple sahraoui. C’est ce qu’a affirmé avant-hier le ministre sahraoui délégué pour l’Europe, Mohamed Sidati, devant la Commission européenne à Bruxelles.

Dans le même sillage, M. Sidati a confirmé les informations faisant état d’une invitation adressée par l’UE au représentant légitime du peuple sahraoui, le Front Polisario. L’objet de cette invitation est la participation de la partie sahraouie aux consultations menées par l’exécutif européen dans le cadre des négociations pour la modification de l’accord de libéralisation agricole UE-Maroc, a-t-on appris de l’APS.

Mohamed Sidati, qui a dit avoir accueilli « favorablement » l’invitation de l’exécutif européen, a souhaité que cette invitation constitue « le premier pas d’une approche plus constructive de la part de la Commission européenne » sur le conflit au Sahara occidental.

Citant un haut responsable européen, le site britannique Africa Confidential a affirmé, vendredi, que l’UE a reconnu au Front Polisario le droit de participer à la renégociation de cet accord suite à l’arrêt de la Cour européenne de justice de 2016.

Pour rappel, le 21 décembre 2016, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), a rendu un jugement établissant clairement que les accords d’association et de libéralisation UE-Maroc ne s’appliquaient pas au territoire du Sahara occidental.

Dans son arrêt, la CJUE soulignait que si l’accord devait s’y appliquer, il faudrait un consentement préalable du peuple sahraoui, c’est-à-dire du Front Polisario, reconnu par l’ONU comme le représentant du peuple du Sahara occidental depuis 1979.

Quelques mois plus tard, le Conseil de l’UE a accordé à la Commission européenne un mandat pour renégocier l’accord de commerce avec le Maroc pour se conformer à l’arrêt de la CJUE.

Selon le ministre sahraoui, les discussions avec les représentants de la Commission européenne ont porté sur « un large éventail de questions », notamment les tentatives en cours pour inclure le Sahara occidental dans les accords commerciaux UE-Maroc. Il a affirmé, à ce propos, avoir exprimé aux représentants de la Commission européenne ses regrets face à « l’absence d’un processus transparent, légal et crédible pour obtenir le consentement du Front Polisario, seul représentant légitime du peuple sahraoui ».

Mohamed Sidati a rappelé, à ce titre, que tout accord économique entre l’UE et le Maroc qui n’exclut pas explicitement le Sahara occidental du champ d’application de l’accord « continuera à renforcer l’occupation illégale des territoires sahraouis par le Maroc ». Cependant, il a réaffirmé sa « confiance dans le droit de l’UE » et sa « disposition à retourner devant la Cour européenne de justice sur de telles questions ».

D’autre part, les discussions avec les responsables européens, a-t-il poursuivi, ont porté également sur la « nécessité pour l’UE

de jouer un rôle plus proactif en soutenant les efforts visant à relancer le processus de paix dans la région sous l’égide de l’ONU ».

Le même responsable a réitéré l’engagement « sans équivoque » du Front Polisario en faveur du processus de paix de l’ONU et son soutien « continu et constructif » aux efforts de l’envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies, Horst Kohler. C’est dans ce sens que le ministre sahraoui a appelé l’UE à « veiller à ce qu’aucun obstacle ne soit dressé aux efforts de M. Kohler ».

Il a souligné qu’« un avenir durable, stable et prospère pour le Maghreb n’est possible que par le respect mutuel du droit international, de la justice, du principe de l’autodétermination et des droits fondamentaux des peuples ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email