-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le FLN présent dans 48 wilayas : L’euphorie d’Ould Abbès

Le FLN présent dans 48 wilayas : L’euphorie d’Ould Abbès

C’est un Ould Abbès euphorique et très confiant qui a animé hier une conférence de presse très attendue au centre Abdelatif-Rahal à l’ouest d’Alger. Le secrétaire général du FLN s’est montré très satisfait de l’opération « confection des listes de candidats », en dépit de la fronde et des grognes constatées par-ci par-là.

C’est un bilan très positif pour le patron du vieux parti, qui n’a pas manqué de souligner le nombre impressionnant des candidats qui ont « apposé « leurs noms et leurs dossiers sous la bannière du FLN. Un engouement et un afflux qui fait la fierté d’un un parti qui ne cesse de connaître des dissensions internes interminables et des querelles organiques insolubles.

Ils sont donc près de 39 000 candidats, 34.200 pour les APC et 4 400 pour les APW. Ould Abbès argumente par les statistiques pour démonter certains commentaires et allusions au sujet des profils que le FLN propose à ces élections. Il dira que sur cette armée de candidats, ils sont 65% d’universitaires, alors que 25% ont un niveau de scolarité moyen. Le reste est constitué de fellahs et de la « famille révolutionnaire « , notamment de la catégorie des moudjahidine.

Le fait le plus saillant dans ces chiffres, c’est que plus du quart des membres du Comité central sont candidats (118 membres sur 480), alors que 41 mouhafedhs ont choisi de se porter candidats, principalement sur les listes APW, certainement dans l’optique des prochaines sénatoriales, dont le renouvellement du tiers des membres du Conseil de la nation est prévu prochainement.

Quoi qu’il en soit, le FLN, fidèle à sa réputation et son ancrage populaire, est présent dans les 48 wilayas et la totalité des communes d’Algérie (1541).

C’est cette emprise totale qui fait dire à Ould Abbès que le FLN a une dimension nationale, refusant, par la même occasion, toute collusion avec l’administration, après les accusations proférées par des partis politiques sur le « dépassements des délais légaux « et les « changement dans la classification des listes au-delà des délais de rigueur ».

Concernant la révolte de la base militante dans certaines agglomérations, le patron du FLN pense que c’est « un signe de bonne santé« , indiquant « qu’il ne peut pas s’opposer à la volonté de la base, dès lors que c’est elle qui a choisi « .

Sur ce point précis, il révéla que certains hauts responsables du FLN ont pu imposer leurs proches dans certaines wilayas, comme l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur Rachid Harraoubia qui a mis son frère sur la liste à Souk Ahras, tout comme Tliba à Annaba et Bouguettaya, le chargé de communication du parti et membre du Bureau politique.

Cependant, Ould Abbès nie toute cooptation ou parachutage de candidats, insistant sur le caractère démocratique et la transparence qui a régné dans les travaux de la commission nationale du parti. Selon ses assertions, cette commission a travaillé dans le respect des instructions du BP et selon les critères et les paramètres définis par le parti dans la sélection et le choix définitif des futurs élus.

Il lance, à qui veut bien le croire, qu’il « n’a cédé à aucune pression et à aucune influence « , déclarant avec véhémence que certains candidats hostiles au président Bouteflika ont été « éliminés au chalumeau et non pas au karcher, comme dirait quelqu’un d’autre de l’autre côté de la Méditerranée « .

Des propos qu’Ould Abbès assume pleinement, se montrant confiant dans la gestion et l’organisation de la campagne électorale qui va démarrer dans deux semaines.

Interrogé sur la date de la prochaine session du Comité central, le patron du FLN s’est montré évasif, écartant toute manœuvre politique de sa part sur l’initiative de son report, se contentant d’expliquer qu’il avait agi sur insistance des cadres du parti en raison de la proximité de la campagne électorale et sa lourde charge politique.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email